Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Détournements au SECOPE/Lomami : plusieurs arrestations en vue

Détournements au SECOPE/Lomami : plusieurs arrestations en vue

This post has already been read 556 times!

Quelques jours après l’interpellation et l’arrestation du Directeur National du Service de Contrôle et de Paie des Enseignants (SECOPE), à la suite d’une enquête menée par l’Inspection Générale des Finances (IGF) dans le secteur de l’éducation, le vent se tourne à présent du côté de la province de Lomami. Depuis plusieurs jours, en effet, le Parquet général près la Cour d’Appel de Lomami a entamé la chasse aux sorcières. Quelques responsables de ce service sous tutelle du ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique sont directement concernés par des détournements de fonds présumés destinés à la paie des enseignants ainsi qu’à la création des écoles fictives.

Lundi 9 février 2021, le Parquet général près la Cour d’Appel de Lomami a mis la main sur le Directeur du SECOPE, province de Lomami, M. Isidore Kasenge. Il faut signaler que ce parquet a ouvert des enquêtes sur plusieurs affaires dont celle concernant les détournements des deniers publics.

Pour le même motif, le Chef d’Antenne Urbaine SECOPE/Kabinda, M. Charles Muenze Mpeye, a passé sa première nuit dans la cellule du même Parquet, a indiqué des sources proches du Procureur général, qui assurent que d’autres cadres provinciaux de l’EPST/Lomami impliqués dans le «sabotage de la gratuité de l’enseignement de base» sont dans le viseur de la justice de Lomami.

Depuis la semaine dernière, 7 faux enseignants dont un directeur appartenant tous à une école fictive, ont été arrêtés, quelques heures après le retrait de leurs salaires du mois de janvier 2021, avant d’être transférés ensuite à la prison centrale de Ludimbi de Kabinda.

Avec ce vent, plusieurs personnes impliquées dans ces affaires risquent l’arrestation car, le Parquet est totalement décidé à mettre fin aux détournements qui mettent en dérive la gratuité de l’enseignement.

Steve Ilunga