Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Consultations – Jour IV : Dynamique de l’opposition, RASSOP, Zaïre,… font des propositions à Sama Lukonde

Consultations – Jour IV : Dynamique de l’opposition, RASSOP, Zaïre,… font des propositions  à Sama Lukonde

This post has already been read 2011 times!

Quatrième jour de travail en continue pour Sama Lukonde Kyenge. Le nouveau Premier ministre a poursuivi ce jeudi 25 février 2021 à l’Hôtel du gouvernement, les consultations entamées lundi dernier, dans le cadre de la formation du Gouvernement de l’Union sacrée de la Nation. Hier, le premier groupe à être reçu était celui du parti politique Conventions des Progressistes pour la République (CPR), suivi de la délégation du Regroupement Politique Mouvement pour l’intégrité du Peuple (MIP), conduite par l’honorable Député National Bokele Adrien. Véritable marathon pour Jean-Michel Sama qui a échangé dans la suite de la journée avec les partis politiques PCD, Zaïre ainsi que les délégations de la Dynamique de l’opposition, des individualités du RASSOP, RIA et ADU.

S’exprimant devant la presse, le député national Martin Widjilowu qui a conduit la délégation de la CPR, a indiqué que son regroupement attend apporter un « soutien sans faille » au Gouvernement que le Premier ministre va former à l’issue de ces consultations.

« Nous lui avons apporté notre soutien sans faille dans le gouvernement qu’il va présenter. En tant que membres de l’Union Sacrée de la Nation, nous avons ce devoir de l’accompagner et de soutenir la vision du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi », a déclaré Martin Widjilowu.

Dans les échanges, les délégués de CPR ont mis l’accent principalement sur les besoins sociaux qui se posent aux populations Congolaises. Ils ont fondé espoir que la prochaine équipe gouvernementale pourra se pencher sur ces problèmes.

« Nous avons soulevé les besoins sociaux de nos populations et de nos bases respectives, notamment l’amélioration de la desserte en eau potable, les cas sociaux en ce qui concerne la gratuité de l’enseignement de base. Nous avons évoqué les difficultés des écoles auxquelles le Premier ministre doit se pencher, que ça soit à Kinshasa ou à l’intérieur de la République. Nous avons évoqué la situation récurrente d’insécurité, pas seulement à l’Est du pays mais aussi sur l’ensemble du territoire national, a-t-il dit.

Mobutu Giala et le «Zaïre» insistent sur la réduction du train de vie des institutions

Chez le Premier ministre Sama Lukonde, le sénateur Mobutu Giala a conduit la délégation du regroupement Zaïre. Ils ont notamment échangé sur l’importance du programme du nouveau chef du Gouvernement. La question de la réduction du train de vie des institutions de la République a été également sur la table de ces entretiens.

«Bien sûr, nous avons échangé sur la taille du Gouvernement. Le Premier ministre nous a parlé d’une réduction… Il faut réduire le train de vie de l’Etat et assurer une meilleure efficacité par rapport à la tâche que le Premier Ministre devra effectuer jusqu’à la fin du mandat », a rapporté Mobutu Giala, précisant que son regroupement va s’atteler dans les 48 heures pour déposer sa contribution au programme du Gouvernement.

Représentativité nationale et gratuité de l’enseignement sur la table du PM

Cinquième regroupement politique à être reçu ce jeudi 25 février, la Dynamique de l’Opposition, par le canal du député national Fabrice Puela souhaite que la sélection des membres de ce Gouvernement se fasse en tenant compte de la représentativité nationale.

«Le Gouvernement devra être formé au regard des prescrits de la Constitution de la République. Et parmi les critères il y a la compétence, l’expérience et surtout la représentativité nationale. Je suis élu de la province du Kongo Central. Cette province est généralement marginalisée », s’est plaint Fabrice Puela.

De leur côté, Emery Okundji et le RASSOP ont appelé aux financements innovants pour soutenir la gratuité de l’enseignement de base.

Globalement, le Chef de la délégation du Rassemblement de l’Opposition reçu aussi ce jeudi aux consultations initiées par le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, préconise de faire des propositions des réformes dans tous les secteurs socio-économiques.

Dans sa déclaration devant la presse, l’ancien ministre de PT-NTIC a insisté notamment sur la quête des financements innovants pour soutenir la gratuité de l’enseignement de base, programme majeur du Président de la République, Félix Tshisekedi.

«Dans le secteur social, nous avons insisté sur la réforme fondamentale voulue par le Chef de l’Etat qu’est la gratuité de l’enseignement de base. Nous avons dit que notre système d’enseignement est géré par un modèle partenarial. Des partenaires éducationnels se sont réunis et ont décidé qu’il y ait des financements innovants, c’est-à-dire un effort à l’interne pour soutenir la gratuité de l’éducation de base. Il va falloir par exemple réformer le Fonds de promotion de l’éducation nationale pour y insérer les financements innovants », a déclaré Emery Okundji, faisant le compte rendu des échanges avec le Premier Ministre Sama Lukonde.

Le RASSOP, a dit le chef de la délégation, appuie la vision du Président de la République que le Chef du Gouvernement entend matérialiser à travers son programme d’action.

«Il faut qu’il y ait des réformes dans tous les secteurs de la vie nationale. Nous avons parlé de la CENI. Il n’est pas normal que la CENI, considérée comme arbitre dans un match, puisse aussi marquer de penalty. Il faut que nous ayons une CENI réellement arbitre, où on ne trouvera pas des compétiteurs. La CENI doit être composée des confessions religieuses et des acteurs de la Société Civile. Nous avons aussi parlé de la Loi électorale. Elle doit être revue. Nous sommes un pays post-conflit. Il faudrait qu’on ait un mode de scrutin qui favorise la représentativité des couches sociales de la RDC », a soutenu Emery Okundji.

Dans le même lot de réformes à opérationnaliser, le chef de la délégation du RASSOP soutient que la RDC a une fiscalité obsolète qu’il faut réformer.

Lancées le lundi 22 février, ces consultations sont à leur cinquième journée ce vendredi.

La Pros.