Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Maï-Ndombe : le Sénateur Mwamfwa Bopali dénonce la réhabilitation de Paul Mputu Boleilanga

Maï-Ndombe : le Sénateur Mwamfwa Bopali dénonce la réhabilitation de Paul Mputu Boleilanga

This post has already been read 858 times!

Dans une démarche visant à consolider le concept «Etat de droit» prôné par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le Sénateur Mwamfwa Bopali Frederick se dit très préoccupé par la situation de la mégestion de la province de Maï-Ndombe, son fief électoral. D’abord, il décrie la réhabilitation du gouverneur Mputu Boleilanga Paul par le Vice- Premier Ministre, ministre de l’intérieur alors que celui-ci aurait démissionné volontairement. Ensuite, il qualifie cette réhabilitation d’illégale et d’irrégulière.

Dans ses questions dont l’une orale avec débat et l’autre écrite adressées au VPM Ministre de l’intérieur, Gilbert Kankonde Malamba, l’Honorable Sénateur Mwamfwa Bopali élève la voix sur la situation ‘’catastrophique’’ à laquelle est confrontée la province de Maï-Ndombe. Il s’agit de la gestion calamiteuse et catastrophique de cette province par le Gouverneur Mputu qui, selon l’Honorable Mwamfwa, se comporte en monarque et dirige par défi. A en croire le Sénateur, la décision de Gilbert Kankonde réhabilitant celui qui a démissionné volontairement, serait une complicité du fait que Mputu Boleilanga prétendrait être de l’UDPS, parti présidentiel.

Cet élu des élus fonde son argumentaire sur le rapport  des élus provinciaux de Maï-Ndombe, des personnalités politiques et administratives et de la Société civile de cette entité territoriale. Ce rapport indique que le Gouverneur Mputu aurait détourné des deniers publics estimés à des millions de dollars américains et à des milliards de francs congolais et aurait contracté des prêts auprès des banques sans autorisation préalable de l’Assemblée provinciale. Pour Mwamfwa Bopali, ce gouverneur qui, en principe, devrait présenter ses moyens de défense en justifiant les faits qui sont mis à sa charge, a choisi la voie de la démission volontaire pour contourner la motion de défiance. Contre toute attente, il s’est vu réhabiliter par le ministre de l’intérieur par le simple fait qu’il serait de l’UDPS.

La démarche de Gilbert Kankonde, dénonce l’Honorable Sénateur, vise tout simplement la désacralisation du concept «Etat de droit», un leitmotiv que reprend souvent le Président de la République dans ses discours visant à traquer les détourneurs des deniers publics et les déférer devant la justice pour un véritable redressement du pays. l’Honorable Mwamfwa Bopali déclare être en possession des pièces qui justifient tous les détournements attribués au Gouverneur réhabilité en violation des lois de la République.

Dans ses questions orale et écrite, retardées notamment par le décès du Sénateur Lola Kisanga, des vacances parlementaires et de la situation d’imbroglio qui a prévalu à la Chambre Haute du Parlement, l’auteur fustige la mégestion de Maï-Ndombe, les détournements des deniers publics, le rétablissement du Gouverneur Mputu qu’il qualifie d’arbitraire par le VPM et la volonté de celui-ci de sacrifier la province en ne faisant rien, montrant qu’il dirige par défi.

Le Sénateur pointe du doigt l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), de marcher à l’encontre de la vision du président Tshisekedi qui vise à instaurer un système de gouvernance axé sur la traque des détourneurs qui dirigent au détriment du peuple. Il interpelle, à cet effet, le Gouvernement Central d’agir vite pour mettre fin à cette situation de Maï-Ndombe qui, aux yeux de tous, décrédibilise la volonté du Chef de l’Etat de faire du Congo un Etat des lois.

Notons que dans la dernière question écrite transmise au Vice-Premier  Ministre, ministre de l’intérieur Gilbert Kankonde, l’Honorable Mwamfwa Frederick vouldrit comprendre la démarche du VPM qui, selon lui, est manifestement paradoxale à ce que les lois prévoient quant à la démission et à la réhabilitation d’un Gouverneur de Province. Il cherche à comprendre notamment le message du VPM par rapport au silence du Président de la République en matière de nomination et dans le contexte électif, le fondement du droit du véto du Chef de l’Etat en matière de démission du Gouverneur de province  et enfin la substitution du Président de la République et du Ministre de l’Intérieur en juge de l’opportunité et de l’interprétation de la démission des Gouverneurs de Province.

Cet élu des élus revient sur la démarche légale à suivre par le ministre de l’intérieur lors de la démission d’un Gouverneur notamment, la notification à la CENI par celui-ci de la démission, et dans le cas d’espèce, pendant plus de cinq mois. Il relève certains actes arbitraires et flagrants posés par le Gouverneur démissionnaire Mputu Boleilanga en date du 7 novembre 2020. L’ancien journaliste de la RTNC évoque le Conseil des ministres tenu sans inviter, le Vice-gouverneur assumant l’intérim et assurant les affaires courantes, la production des arrêtés nommant les membres de son cabinet  et les cadres  de la Régie Financière de Maï-Ndombe (DGRM), le fait de dupliquer le cachet de la Province et le fait d’avoir laissé l’intérim de la Province au Ministère de l’environnement sans respecter la préséance.

Se référant aux prescrits du Droit Administratif Congolais, cet ancien érudit de l’audiovisuel fustige en tout la démarche du VPM Kankonde et lui demande de retirer le Gouverneur Mputu Boleilanga Paul qui avait volontairement démissionné. Il demande également à l’UDPS d’arrêter de défendre les gens qui vont en dehors de la vision du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Pour rappel, le Gouverneur du Maï-Ndombe Mputu Boleilanga Paul avait démissionné volontairement le 29 juin 2020, quelques heures avant l’examen par la plénière d’une motion de défiance lui adressée. Par son message du 3 novembre 2020, le VPM ministre de l’intérieur avait annoncé la réhabilitation du chef de l’exécutif de Maï-Ndombe. Entretemps, les députés provinciaux du coin, les personnalités politiques et administratives et la Société Civile de la Province de Maï-Ndombe haussent le ton sur des détournements des deniers publics et pointent du doigt le gouverneur. Tous ces faits sont rassemblés dans un mémo adressé au Chef de l’Etat.

La Pros.