Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Josky Kiambukuta laisse 4 orphelins sans veuve

Josky Kiambukuta laisse 4 orphelins sans veuve

This post has already been read 2860 times!

Décédé le dimanche 7 mars 2021 aux Cliniques Ngaliema à Kinshasa de suite d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) dont il a souffert pendant 19 ans, Joseph Kiambukuta Londa alias Djo Sex laisse 4 orphelins. Le week-end dernier, sa famille biologique a tenu une conférence de presse afin de préciser sur certaines choses qui se disent sur l’illustre disparu. 

Concernant sa progéniture, il a été révélé  que tous ses enfants sont légitiment reconnus dans la famille et devenus des majeurs. Certains sont déjà grands responsables, voire mariés à Kinshasa.

«Ceux- qui viendront après sa mort, nous ne les reconnaissons pas. Mais, je ne pense pas que mon frère Josky avait aussi un enfant en dehors de ces quatre… Que ce soit en Europe ou à Kinshasa, je n’avais jamais attendu cela…», a déclaré un des frères biologiques du défunt chanteur.

Au sujet de l’organisation des obsèques, le programme renseigne que l’auteur de la chanson «Chandra» mérite des funérailles dignes d’une icône de la Rumba. La cérémonie pour les derniers hommages peut intervenir du 24 au 25 mars ou dans la semaine du 3 au 4 avril prochain, sauf imprévu. Mais, le lieu n’est pas encore indiqué.

Toutefois, tout dépend des autorités publiques. Car, ses funérailles doivent absolument être prises en charge par le trésor public d’autant plus que Josky Kiambukuta était élevé au rang de dignitaire de la République.

Sa disparition est un coup dur pour les mélomanes de la bonne musique qui pleurent une voix de charme par excellence et vocaliste hors pair.

Né le 14 février 1949, celui qu’on appelait Commandant Josky était un des meilleurs auteur-compositeur dans l’histoire de l’art d’Orphée en RDC. Très adulé dans la société, l’artiste laisse une riche discographie pour les fanatiques de la rumba.

Sa disparition est une perte énorme pour la grande famille musicale où Kiambukuta s’est imposé grâce à sa prouesse artistique et son timbre vocal très particulier. L’histoire renseigne que l’illustre disparu a entamé sa brillante carrière musicale au groupe ‘‘Le Continental’’ de Maître Taureau avant de rejoindre l’orchestre  TP OK JAZZ. Grâce à son talent et son savoir-faire, il a été vite copté par les mélomanes. A une certaine époque de gloire, renseigne-t-on, la voix percutante et originale de Djo Sex avait porté et incarné l’identité vocale de l’OK Jazz grâce à ses compositions riches en mélodies et paroles.

Très humble et social, Kiambukuta était très cultivé et aimait travailler en esprit d’équipe. Au-delà du clan OK Jazz, il faut noter que l’inamovible Koffi Olomidé est parmi les grands noms de la musique africaine qui a beaucoup bénéficié des services du Commandant Josky dans ses albums tels que «Ngobila», « Dieu voit tout»…

A la mort du Grand Maître Franco, le Commandant Josky s’est humblement engagé aux côtés de Feu Poète Lutumba  Simaro et Ndombe Opetum pour créer le groupe Bana Ok qui a aussi marqué son épopée dans l’arène musicale congolaise.

L’artiste ne meurt jamais, dit-on. Il restera toujours avec ses adulateurs à travers ses œuvres anthologiques qui continueront à peindre la société.

Rappelons qu’en 2015, dans son état de maladie, Josky Kiambukuta a été honoré par la République qui lui a décerné deux diplômes de mérite des Arts, Sciences et Lettres pour l’ensemble  de ses œuvres éloquentes et surtout sa contribution à l’émergence de la Rumba. Bravo l’artiste !

Jordache Diala