Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Constant Omari attribue la note zéro à N’sengi Biembe !

Constant Omari attribue la note zéro à N’sengi Biembe !

This post has already been read 249 times!

« Quand j’observe que l’équipe était nulle sur tous les compartiments, ça pose problème. Prenez le match aller, et le match retour contre le même Gabon, quelle est la progression qui a été faite ? », s’est-il posé la question lundi, dans une interview accordé à canal+ sport.

Le match aller contre le Gabon a eu lieu au mois de novembre 2019, au stade des Martyrs, à Kinshasa, et comptait pour la première journée de cette campagne. Le score était nul vierge (0-0), et les Léopards n’avaient pas bien joué, rappelle-t-on. La RDC n’avait eu la vie sauve ce jour-là, que grâce à une belle prestation du gardien Joël Kiasumbwa qui avait sorti son grand jeu. Plus d’une année après, les Léopards se sont présentés face à cette même équipe du Gabon toujours sans jeu valable, dominés dans tous les compartiments. Le président de la Fédération congolaise de football association (Fecofa), Constant Omari Selemani, attribue donc la note zéro à N’sengi Biembe.

En tout cas pour une fois, Omari Constant a été très direct dans ses analyses en rapport avec cette élimination qui ne ressemble pas à une équipe comme les Léopards : «analyser les buts qu’on a encaissé au Gabon, les buts qui n’ont rien à avoir avec l’organisation. Les joueurs quand ils viennent à Kinshasa, ils sont tous en bisness, ils sont logés à l’hôtel cinq étoiles. Ils ont des primes. Les primes qu’on leur donne je doute fort que 80% des joueurs des équipes nationales en Afrique touchent ces primes, je doute fort.  J’ai toujours dit à nos joueurs de commencer d’abord à faire l’introspection : de se poser la question de savoir quel est votre rôle. S’ils me démontrent qu’ils ont fourni beaucoup d’efforts sur terrain, et que c’est visible, qui va leur jeter la pierre, personne… », a-t-il déclaré, démontrant bel et bien que le coach N’sengi Biembe et son staff ont lamentablement échoué à leur mission.

Le président de la Fecofa a démontré que l’organisation n’a rien avoir avec cette mauvaise prestation. Omari avoue certes que le gouvernement a sorti l’argent en retard, mercredi 24 mars à 19h 30’, oui, mais la Fecofa dit-il, avait tout anticipé en envoyant les titres de voyages aux joueurs qui sont arrivés à temps selon le programme du sélectionneur, et logés tous dans des très bonnes conditions à Fleuve Congo Hôtel sans le moindre souci : « Kinshasa-Franceville c’est 40’ de vol. Nous sommes arrivés à 22h passées, le temps de faire les formalités et test covid-19, il est 1h, le match se joue le lendemain à 17h. Je ne sais pas si tu as 16h, tu as pratiquement 14h de repos, et tu vas me dire c’est à cause de 40 minutes de vol, je ne sais pas », a-t-il réagi en rapport avec les propos de certains joueurs et membres du staff technique qui voudraient se cacher derrière l’organisation. Et comme une autre campagne commence dans moins de trois mois ; les éliminatoires de la Coupe du Monde Qatar 2022, la Fécofa veut vite tirer les conséquences et repartir sur les nouvelles bases. Dommage que cela puisse paraitre, N’sengiBiembe Seko Seko n’a pas envie de partir. Dans ses propos à la conférence de presse d’avant match contre la Gambie, il a demandé au peuple congolais de prendre cette élimination comme un signe bénédiction pour les échéances futures.

« Je ne serai plus candidat… »

Pendant ce temps, Constant Omaridit qu’il ne sera plus candidat président de la Fecofa aux prochaines élections prévues aux mois de décembre de l’année en cours : « je dois être très clair, je ne serai pas candidat. Je pense que j’ai fourni beaucoup d’efforts au niveau de la FIFA, la CAF et même à la FECOFA. Il faut laisser aux autres qui ont des ambitions, de pouvoir continuer, là où nous nous sommes arrêtés », a-t-il appuyé.

Visiblement, Constant Omari a tout intérêt à se battre par tous les moyens pour qualifier les Léopards à la prochaine Coupe du Monde, pour ainsi sortir par la grande porte. Ce qui n’est pas impossible dans un groupe composé du Bénin, de la Tanzanie et du Zimbabwe. Si la RDC sort premier dans ce groupe, elle ne lui resta que jouer un match de barrage contre un autre premier du groupe, et se taper d’une place à la Coupe du Monde. Allez-y !

Pour rappel, c’est 18 ans que Constant OmariSelemani dirige l’instance nationale de football, devenant celui qu’on appelle à ce jour ‘‘l’homme moderne’’. Il a succédé à ce poste, le président KuraraMpova, décédé le 25 décembre 2003. Le Congolais a tellement excellé dans gestion tant dans le bien que dans le mal jusqu’à diriger même la CAF et occuper des hautes fonctions au niveau de la FIFA.

EG