Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Mois de la Femme : la Lisped associe les Femmes Sportives dans sa 2ème Tribune

Mois de la Femme : la Lisped associe les Femmes Sportives dans sa 2ème Tribune

This post has already been read 510 times!

Avec pour thème : “Leadership féminin : quel bilan de la participation féminine dans le monde sportif: toute discipline confondue”, que s’est tenue la deuxième tribune de la Ligue Sportive pour la Promotion et la Défense des Droits de l’Homme (Lisped), le mercredi 31 mars 2021, à l’espace Journallinda, dans la commune de Kasa-Vubu.

Présentes à cette rencontre, plusieurs femmes dont les anciennes gloires sportives, les journalistes sportives ainsi que les jeunes filles sportives (pratiquants) toutes disciplines confondues ont échangé sur le thème proposé par la Lisped. Sous la conduite de Maître Alain Makengo, Président de la Lisped et initiateur de cette réunion, les femmes se sont dit très flattées par cette marque de confiance leur fait par le numéro un de la Lisped.

Au cours de ces échanges, les femmes sportives ont relevé les difficultés qui font que les filles ne durent pas trop dans leur carrière. Certaines d’entre elles ont soulevé des difficultés liées au manque de soutien, manque de suivi, l’absence des coachs féminins pour accompagner les jeunes filles en leur montrant comment elles ont réussi leur carrière. « Etre coaché par un homme qui ne comprend pas ce que toi fille, tu ressens, c’est toujours compliqué. Nos aînées doivent revenir pour nous aider. Imaginez-vous qu’une jeune athlète soit indisposée, elle ne saura pas le dire à son coach masculin, voilà les différentes difficultés que nous rencontrons et qui peuvent finir par faire abandonner certaines filles », a fait savoir Nancy Tshiaba, Maître Karateka, troisième dan.

Cette athlète, plusieurs fois championne du Congo et plusieurs fois médaillée s’est indignée pour toutes les fois qu’elle a été réduite au silence par ses dirigeants pour des raisons confuses. «Je continue à me battre malgré tout ce qui m’est arrivé. J’ai passé deux ans sans compétition, interdite même de participer à des tournois internationaux auxquels j’étais qualifié, juste parce que le Président de ce temps-là n’avait pas voulu me voir progressé. Je m’imagine si dans ce comité, il y avait des femmes, j’allais être remise dans mes droits », a-t-elle dit sous les applaudissements de l’assemblée.

« Je suis tellement contente pour cette rencontre et je pense que les choses vont désormais évoluer. C’est une occasion de promouvoir le sportif féminin. Je veux toujours que le sport féminin soit reconnu, que la femme sportive soit à sa place. Le fait de voir nos aînées venir à cette rencontre, je crois vraiment tout va aller. Il n’y a personne qui pourra se battre à notre place. Il ne faut pas qu’on nous place, mais plutôt, nous devons mériter et pour mériter, nous devons travailler et nous battre pour notre cause », a-t-elle conclu.

Pourquoi Maître Alain Makengo, Président de la Lisped, après la première tribune, il fallait profiter du mois dédié à la femme pour accompagner les femmes sportives qui connaissent plusieurs difficultés que sa structure connait très bien ? « Nous avons profité du dernier jour du mois de la femme pour corroborer avec le thème et avec cette réalité d’inviter toutes les femmes sportives et les femmes dans les sports de pouvoir réfléchir et de donner quelques recommandations par rapport à elles pour voir comment les sports peuvent être aussi à leur avantage », a souligné l’organisateur.

Il faut retenir que la Lisped s’est dit être toujours prête pour accompagner ces femmes sportives qui ont pris une décision de créer une structure qui aura comme mission, promouvoir les sports féminins, faire le suivi des athlètes féminins et lutter contre le harcèlement de la part de leurs coaches, un acte devenu très courant dans l’encadrement des filles sportives.

Steve Ilunga