Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

2 avril 2021 : ce qu’il faut retenir de l’autisme avec le psy Josué Ozowa Patem

2 avril 2021 : ce qu’il faut retenir de l’autisme avec le psy Josué Ozowa Patem

This post has already been read 539 times!

L’Organisation des Nations Unies a retenu la date du 2 avril de chaque année comme étant une journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme. L’autisme est un trouble du neuro développement affectant les relations interpersonnelles. La Classification Internationale des Maladies (CIM) de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), définit l’autisme comme un trouble du développement caractérisé par des perturbations dans les domaines des interactions sociales réciproques, de la communication et par des comportements, intérêts et activités au caractère restreint, répétitif.

Selon Josué Ozowa Patem, psychologue clinicien et psychothérapeute, consultant au Centre de Santé Mentale Telema, l’autisme ou les troubles du spectre de l’autisme (TSA) résultent d’anomalies du neuro développement. Ils apparaissent précocement au cours de la petite enfance et persistent à l’âge adulte. Ils se manifestent par des altérations dans la capacité à établir des interactions sociales et à communiquer, ainsi que par des anomalies comportementales, en particulier une réticence au changement et une tendance à la répétition de comportements ou de discours.

Les personnes concernées semblent souvent isolées dans leur monde intérieur et présentent des réactions sensorielles (auditives, visuelles, cutanées…) particulières. Malgré la diversité des troubles et les capacités d’insertion sociale très variables de ces personnes, il nécessite une recherche pluridisciplinaire pour comprendre ses mécanismes et améliorer sa prise en charge.

Problèmes liés à l’autisme

Les enfants atteints d’autisme ont généralement des problèmes dans trois secteurs cruciaux du développement : les interactions sociales, le langage et la communication et le comportement. La sévérité des symptômes varie grandement entre les enfants. Un enfant atteint d’autisme sévère démontre une inhabileté totale à communiquer ou à interagir avec les autres.

Certains enfants montrent des signes d’autisme dès le plus jeune âge. D’autres se développent normalement les premiers mois ou les premières années, puis, soudainement se replient sur eux-mêmes, deviennent agressifs ou perdent le langage qu’ils ont acquis. Bien que chaque enfant ait un comportement unique, les symptômes les plus courants chez l’enfant sont :

Au niveau des habiletés sociales

Une difficulté à faire des contacts visuels ou à comprendre les expressions faciales.

Une difficulté à décoder les expressions émotionnelles (savoir si quelqu’un est triste) et une difficulté à interpréter les intentions des autres.

Une difficulté à exprimer ses émotions, son ressenti (il est parfois difficile pour l’entourage de savoir si l’enfant a mal par exemple).

Une absence de réponse lorsqu’on l’appelle par son nom.

Une préférence à jouer seul, à se retirer dans son monde, une incapacité à se faire des amis de son âge.

Une incapacité à jouer à des jeux symboliques (imaginatifs, à faire semblant).

Une résistance aux câlins ou à se faire prendre.

Au niveau du langage et de la communication

L’enfant commence à parler plus tard que 2 ans.

L’apparition d’autres retards de développement vers 30 mois.

La perte des mots ou des phrases déjà acquis.

L’enfant ne regarde pas son interlocuteur lorsqu’il s’adresse à quelqu’un.

Une incapacité à amorcer ou à soutenir une conversation.

L’enfant parle avec un rythme ou une tonalité anormale (une voix chantante ou  mécanique).

L’enfant peut répéter des mots mais n’en comprend pas le sens.

Au niveau du comportement

Une tendance à effectuer des mouvements répétitifs (appelés stéréotypies) comme se bercer, taper des mains ou tourner sur lui-même.

Une dépendance excessive par rapport à des routines ou à des rituels particuliers.

Une hypersensibilité ou une hypo sensibilité à la lumière, aux sons, au toucher, à certaines textures ou une insensibilité à la douleur. Cette particularité pourrait être expliquée par un trouble du traitement de l’information sensorielle.

Monsieur Ozowa qui est aussi membre du comité national de l’Union Nationale des psychologues du Congo précise que l’autisme fait partie des troubles envahissants du développement. C’est-à-dire, l’enfant évolue jusqu’à ce qu’il développe des aptitudes langagiers, comportementaux etc.

Rappelons qu’à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme, les Nations Unies ont prévu un événement   en ligne ce jeudi 2 avril proposant des tables rondes auxquelles participeront des personnes atteintes du spectre de l’autisme qui, malgré leur marginalisation, se sont imposés sur le marché d’emploi. L’événement portera sur le thème  «L’inclusion sur le lieu de travail : Les défis et les perspectives d’un monde post-pandémie».

Gilbert Mulumba