Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Journée Mondiale du Paludisme: SANRU asbl et PNLP invitent les médias congolais à sensibiliser davantage la population

Journée Mondiale du Paludisme: SANRU asbl et PNLP invitent les médias congolais à sensibiliser davantage la population

This post has already been read 785 times!

Puisque c’est une maladie qui ravage depuis la nuit de temps et tue en silence toutes les deux minutes, il est donc impérieux  de faire reculer le Paludisme à travers les médias. Pour ce faire, le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) & Partenaires d’Appui Financier et Technique,  ont organisé samedi 24 avril 2021, tout juste à la veille de la Journée Mondiale Antipaludéen, au siège SANRU asbl, une séance de briefing des journalistes notamment, sur le thème et l’essentiel de la lutte contre le paludisme. Les professionnels des médias ont été appelés à la sensibilisation des populations qui, parfois, meurent à cause de l’ignorance.

D’entrée, Elisée Wabomundu Kisuba, manager marketing et Communication SANRU asbl, a rappelé aux médias l’importance de ce briefing. Pour sa part, Michel Itabu Issa, Chef de division communication au PNLP, tel un véritable pédagogue, a mis un bémol sur les missions sacrosaints des journalistes qui consistent à informer, former, éduquer et divertir. Ainsi, dans son introduction, ce professeur d’Université a laissé entendre que la Covid-19 et le Paludisme ont 7 symptômes communs sur 10. A l’en croire, la RDC et le Nigéria supportent plus de 40% de la malaria du monde.  «Toutes les deux minutes, quelqu’un meurt à cause du Paludisme », rappelle-t-il. « Chacun d’entre nous a été traité  pour un paludisme, soit simple, soit grave ou a fait soigner un frère en ayant souffert. Chacun d’entre nous s’est déjà absenté du travail pour cause de malaria, a eu à contribuer, directement ou indirectement, au traitement de la malaria », renchérit-il. D’où, il appelle les médias à informer ou à sensibiliser davantage la population pour espérer d’éliminer le Paludisme d’ici l’horizon 2030.

Quid sur les objectifs ?

L’objectif principal de cette rencontre avec les responsables de Communication du PNLP et SANRU asbl est de faire reculer le paludisme à travers les médias. Briefer les journalistes sur le thème et sur l’essentiel de la lutte contre le paludisme ; familiariser les journalistes avec les messages clés de la lutte anti paludéen ;  rappeler les responsabilités et les rôles des professionnels des médias dans LAP en tant que médiateur dans le FRP et enfin communiquer avec la presse sur le paludisme, tels sont les objectifs spécifiques poursuivis par le PNLP.

Le thème de la Journée Mondiale contre le Paludisme 2021 est « Zéro Paludisme- Tirer un trait sur le paludisme ! ». Il s’inscrit dans la durabilité de l’action de « zéro cas de Paludisme commence par moi ! ». Le slogan incitateur est « Je m’engage pour zéro cas de paludisme dans mon ménage ! ». Il sied de noter que la stratégie du Programme Mondial de LAP fixe quatre objectifs mondiaux pour 2030. Il s’agit de réduire l’incidence des cas de paludisme d’au moins 90% ; réduire les taux de mortalité due au paludisme d’au moins 90% ;  éliminer le paludisme dans au moins 35 pays ; prévenir une résurgence du paludisme dans tous les pays exempts de paludisme.

Tout sur le Paludisme

Pour rappel, le Paludisme est une maladie parasitaire causée par la piqûre du moustique anophèle femelle. Le « microbe » du paludisme s’appelle plasmodium. Dans sa croissance il s’appelle tropho. Il a déjà tué, tue et continue à tuer. Ses ravages sont plus que catastrophiques, mais ne sont pas très médiatisées. C’est une maladie qui concerne tout le monde, surtout les enfants de 5 ans et les femmes enceintes. En parlant des signes ou symptômes, pour les enfants, il y a la convulsion, le refus de téter, de boire, de manger, le vomissement à répétition, le coma. Généralement pour tout le monde, la maladie se manifeste par la fièvre qui continue après 2 jours à domicile, pâleur palmaire, saignement au niveau des gencives, du nez, ou de la peau ; élimination d’urines en petite quantité et de couleur noire ; perte de connaissance ; fatigue excessive ;  trouble de comportement respiration, etc.

Merdi Bosengele