Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

36 milliards USD sur 3 ans: Sama Lukonde  vers la bataille de mobilisation générale !

36 milliards USD sur 3 ans: Sama Lukonde  vers la bataille de mobilisation générale !

This post has already been read 1464 times!

«No money, no power» (Pas d’argent, pas de pouvoir), disent les Anglais. Devant les élus du peuple, le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, a énuméré quelques pistes de solutions en vue de renflouer les caisses de l’Etat dans les trois années à venir : la prise en compte de quelques recettes additionnelles ; la mise en œuvre des réformes ; le recours aux financements innovants ; l’utilisation de certains comptes spéciaux. Cela permettra-t-il de doubler le Budget annuel de la RD Congo de 6,6 milliards USD à 12 milliards USD ?

«Toutes les actions que je viens d’énumérer nécessitent des moyens et des ressources consistants à investir dans notre économie, avec comme objectif principal, la relance de l’activité économique, dans un contexte caractérisé par les effets pervers de la pandémie à COVID 19.», a indiqué le Chef du gouvernement fraichement investi.

Et d’ajouter : «Le coût global du Programme enrichi du Gouvernement pour la période 2021 – 2023 se chiffre à l’équivalent de dollars américains de 36 Milliards, soit un coût annuel moyen de 12 Mds USD. Ce déficit résulte de la différence entre le coût total du Programme et le financement prévu de 22 Mds USD sur cette période, tel que dégagé dans le Cadre Budgétaire à Moyen Terme (CBMT), élaboré par le comité interministériel qui réunit des experts du Budget , du Plan, des Finances et de la Banque Centrale.»

En clair, Sama Lukonde vise un Budget annuel de 12 milliards jusqu’en 2023. Mais, comme le Budget 2021 déjà promulgué est de 6,6 milliards, l’élaboration d’une Loi de finances rectificative s’impose. Alors concrètement, comment va-t-il procéder pour réduire sensiblement le gap en vue d’assurer le financement de son Programme d’actions ?

Le premier des «Warriors» assure que le Gouvernement a déjà identifié plusieurs ressources additionnelles non prises en compte dans l’exercice budgétaire 2021. Il s’agit de : quelques redressements fiscaux initiés dans le secteur minier en phase d’aboutissement ; la redistribution de certains blocs pétroliers (1,3 milliards sur deux ans) ; l’appui budgétaire attendu dans le cadre de la conclusion du programme avec le FMI (1,6 milliards USD sur trois ans) ; l’engagement de la Banque Mondiale sur l’appui à la gratuité de l’enseignement primaire (reliquat 800 millions USD sur deux ans). Quant au secteur, beaucoup espèrent que Sama Lukonde prendra en compte le cri de détresse poussé par le PCA de la Gécamines, Albert Yuma, sur les ondes de RFI. Pour lui, en effet, la RD Congo a perdu le contrôle de ces minerais au profit de quelques sociétés privées étrangères d’autant plus que, dans les 20 dernières années, la contribution au Budget de l’Etat est passée de 70% à seulement 17%.

Autres pistes de solutions : le Gouvernement des «Warriors» s’engage à lancer une série de réformes à impact immédiat et susceptible de générer des ressources additionnelles et d’améliorer la performance des régies financières dans la mobilisation des recettes publiques. Cette même équipe gouvernementale envisage également de recourir aux financements innovants par le truchement des secteurs les plus mondialisés : secteur privé, transports aérien et maritime, marchés financiers.

Enfin, le Premier Ministre envisagera également de recourir à l’utilisation des comptes spéciaux dont les activités participeront à la réalisation du programme gouvernemental principalement en ce qui concerne le pilier 8 relatif à la modernisation des infrastructures de bases et à l’aménagement du territoire national. Il assure qu’un effort particulier sera fait sur l’assainissement et la rationalisation des dépenses publiques.

Pour ce faire, le Gouvernement compte sur l’Inspection Générale des Finances (IGF) et la Cour des Comptes. Car, l’équipe des «Warriors» est consciente qu’aucun effort de développement n’est possible dans un environnement gangrené par la corruption et marqué par la commission, à grande échelle, des crimes économiques. Ne dit-on pas que l’argent c’est le nerf de la guerre.

La Pros