Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Sénat : avec l’expulsion de Bakonga de Brazzaville, l’étau se resserre autour de Reagan Ilanga 

Sénat : avec l’expulsion de Bakonga de Brazzaville, l’étau se resserre autour de Reagan Ilanga 

This post has already been read 3154 times!

C’est un véritable coup dur pour le Sénateur Reagan Ilanga Bakonga, petit frère de l’ancien Ministre de l’EPST, Willy Bakonga. Ce dernier, expulsé de Brazzaville pour Kinshasa, était devant les juges à la Cour de Cassation d’où il a été jugé en flagrance pour ‘’transfert illicite des fonds’’. Alors qu’il était entendu, à la Chambre haute du parlement, l’étau s’est resserré davantage  autour de son petit frère suite à une  motion incidentielle sollicitée par un Sénateur au sujet de la réintégration de Willy Bakonga. Cette question a été transmise à la commission PAJ  du Sénat pour ajustement. Et ce, dans cette foulée que le mandat de Reagan Ilanga Bakonga a été suspendu momentanément.

Synopsis 

Oui, il y a de quoi à s’intéresser davantage sur cette affaire qui continue à faire couler l’eau sous le pont. Lors de la plénière d’hier,  consacrée à l’examen de la proposition de loi  sur la transplantation d’organes, des tissus et des cellules du corps humain  initiée par le sénateur Kaumba, Reagan Ilanga a été contraint de laisser son siège du Sénat. En effet, la Chambre haute du parlement avait acté jeudi 22 avril dernier, la correspondance de Willy Bakonga demandant sa réintégration au Sénat après avoir exercé comme Ministre dans le gouvernement Ilunga Ilunkamba. Son suppléant, qui n’est rien d’autre que son petit frère, avait contesté l’authenticité de cette correspondance. Car, argumentait-il, ‘’le Ministre d’Etat Willy Bakonga a été nommé membre du gouvernement en tant que Député national et non en tant que Sénateur. S’il doit réintégrer une Chambre, c’est celle de l’Assemblée nationale et non la Chambre haute du parlement’’, se défendait-il.

La justice s’en mêle

Tout compte fait, aujourd’hui, Ilanga Bakonga devra prendre son mal à patience jusqu’au moment où la PAJ va rendre le rapport de sa mission devant l’assemblée plénière. A quelques mètres de l’hémicycle du palais, le prévenu Willy Bakonga était devant ses juges à la Cour de Cassation. Jugé en flagrance pour ‘’transfert illicite des fonds’’, ses avocats évoquent la violation du droit de la défense et sollicitent la remise. «Je ne sais pas à quel moment moi Willy Bakonga j’ai transféré de l’argent sale. Je suis allé à Brazzaville parce que j’ai des problèmes de santé. C’est un problème de poison. J’ai perdu 20 kilos», s’est-il justifié. Du Sénat à la justice, l’affaire Bakonga est loin d’être finie.

Plénière

En ce qui concerne la plénière, à la demande du Président du Sénat, une minute de silence en mémoire des congolais qui ont perdu la vie dans un naufrage sur le lac Albert et à Beni a été observée. Par la suite,  la plénière a suivi la motion d’information du Sénateur Mafwua sur la situation préoccupante dans la  province de Mai ndombe, situation faisant état des présumés détournements des deniers publics dans la même Province. Sur ce, le Président du sénat a exhorté l’auteur de la motion d’initier une mission d’enquête pour tirer au clair cette situation qui témoigne à juste titre l’opacité dans la gestion des provinces.

Ne se limitant pas là, l’assemblée plénière a suivi également la lecture des procès-verbaux des séances précédentes par le rapporteur du Sénat. La plénière a été informée du grand retour des sénateurs de l’Ituri qui avaient suspendu leurs participations suite à la situation préoccupante dans leurs provinces.

En rapport avec l’économie de la loi sur la transplantation d’organes de tissus et de cellules du corps humain, l’entame de l’article a commencé par éclairer la religion de ses collègues sénateurs sur le fait que la loi interdit tout trafic du sang. Sa proposition de loi vise à mettre sur pied une législation spéciale là où la loi sur la santé Publique ne donne aucune indication. L’auteur de ladite loi a sollicité un délai raisonnable pour rencontrer les préoccupations soulevées par  les sénateurs.

La Pros.