Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Cum patria !

Cum patria !

This post has already been read 9895 times!

Dans son règne au Burkina Faso, le Président Thomas Sankara se distinguait par ses positions anti-impérialistes et panafricanistes, sans oublier son appui au mouvement des pays non-alignés, désireux de rester à l’écart des superpuissances. Le 29  juillet 1987, il prononça un de ses derniers discours   devant l’Organisation de l’unité africaine qui continue à marquer les esprits à ce jour. Son souvenir reste vivace dans la jeunesse burkinabé, mais aussi plus généralement en Afrique, qui en a fait une icône, mieux, un héros africain. Cependant, au regard de l’état de siège qu’a décrété  le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, après consultations du Premier ministre et les Présidents de deux Chambres sœurs du parlement, à ce sujet, le crédo «la Patrie ou la mort, nous vaincrons», reflète parfaitement cet état d’esprit nationaliste que tout congolais doit absolument incarner en ce moment aussi particulier, pour renverser la vapeur.

Hier c’était un rêve, aujourd’hui, la volonté manifestée par les autorités à travers l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, suscite une lueur d’espoir pour les millions des congolais désireux de vivre unie et en paix sur le sol hérité de ses aïeux. Pour la paix, les éléments des FARDC sont en  avant. Malheur à ces fils et filles qui jouent le double jeu pour tenter de déstabiliser leur propre pays qu’est le Congo. Malheur à ces voisins qui profitent de notre hospitalité légendaire pour nous poignarder dans le dos. Malheur à eux ! Finie la création ! Le Congo est débout. En dépit de tout complot, le Congo reste uni derrière les FARDC. Hier encore, lors de la conférence de presse tenue conjointement avec l’armée et les FARDC, le porte-parole du Gouvernement a signalé que son exécutif est responsable et la paix n’a pas de prix. Même s’il faut mettre la moitié du budget national pour obtenir la paix en RDC, le Président de la République, le Premier ministre et le Gouvernement le feront.

Comme qui dirait que pour la patrie, les filles et fils du Congo sont appelés à collaborer et à apporter un soutien sans relâche dans cette quête. Mettre fin à ces tueries de l’Est et instaurer une paix durable sur toute l’étendue du territoire national, c’est la seule façon de vivre libre et de vivre digne à jamais. La Patrie ou la mort, nous vaincrons !

La Pros.