Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

 Erga omnes

 Erga omnes

This post has already been read 10723 times!

Ni la tête du client, ni la barbe du roi. Mais, tout au moins, la loi. Ni géométries variables, ni le plus offrant, ni encore moins le faciès. L’âge, la tribu ou le sexe n’y sont pour rien. Restez sur les pas de la loi et des procédures ! Pas d’épaules frêles…Honneur au juge Noël Yanyi ! Magistrats et juges sont tellement  interpellés  qu’ils sont obligés de se replonger  dans les fondamentaux du droit et d’y rester, tout droit dans leurs  bottes.

Tout le monde est égal devant la loi. Et tout le monde a droit à  l’égale protection de cette même loi. Telle est justement la substance qui sous-tend le principe sacro-saint de la justice pour tous à laquelle le ‘’peuple d’abord’’, celui-là même pour lequel Etienne et Félix Tshisekedi se seront battus, plus de trois décennies durant dans les rangs de l’Opposition, pour l’avènement de l’Etat de droit, de la démocratie pluraliste et  du respect des libertés fondamentales.

Aujourd’hui encore, cette même bataille se poursuit.

Elle est d’ailleurs de plus en plus à la Une de l’actualité lorsqu’il s’agit de parler de nombreuses interpellations, des interrogations serrées, des procès ainsi que d’autres jugements par devant les cours et tribunaux ou, alors, dans des procédures pré-juridictionnelles au Parquet.

Mais, dans cette quête effrénée de la conquête de sa place dans l’arsenal politico-institutionnel du pays, la justice, voulue pour tous et par tous, devrait se garder de céder le pas au trafic d’influence et au clientélisme au risque de retomber, contre toute attente,  dans les travers d’hier, pourtant,  décriés.

A l’aune de la nouvelle République, avec l’inversion des acquis du  passé, tout en soutenant toutes les initiatives, quoiqu’éparses, à origine de nombreux procès et dénonciations, la justice qui, elle-même, n’est pas au-dessus de la loi, ne devrait pas ouvrir les alvéoles du barillet des règlements des comptes. Sinon, demain ou après-demain, les auteurs des excès de table se retrouveraient, eux aussi, dans le même piège d’être pris, à leur tour, dans ce même jeu de ‘’ritournelle’’ lorsqu’un nouveau changement viendrait à souffler sur les horizons du majestueux fleuve Congo.

D’où, loin de l’iniquité, elle est appelée à propager l’équité. Ne pas, par exemple, sacrifier sur l’autel des intérêts politiques  des têtes couronnées de l’ancien système  qui peuvent encore servir…

LPM