Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Mopila/Asbl : Chardin Ngoie insiste sur l’auto-prise en charge sous l’aspect socioprofessionnel

Mopila/Asbl : Chardin Ngoie insiste sur l’auto-prise en charge sous l’aspect socioprofessionnel

This post has already been read 514 times!

C’est à l’occasion de la journée du 17 mai 2021 dernier que le comité de l’Association des Chauffeurs ‘’Mopila’’ a organisé une conférence à l’Ymca dans la commune de Kalamu, pour conscientiser tous les chauffeurs de la capitale congolaise autour d’un thème de sensibilisation : «Prenez-vous en charge pour une citoyenneté responsable comme l’avait dit Mzee Laurent- Désiré Kabila». C’est au cours de cette initiative que le Coordonnateur de la synergie des associations de chauffeurs, Chardin Ngoie, a appelé tous les conducteurs à plus de responsabilité. Invités à cette activité des chauffeurs, Thierry Kambundi de la radio Top Congo ainsi que de Bob Ambongo de télé50. Prenant la parole en sa qualité de Coordonnateur des synergies de chauffeurs, Chardin Ngoie a saisi l’occasion pour lancer un message de sensibilisation à l’endroit de tous les chauffeurs, particulièrement ceux qui étaient présents dans la salle. Pour Chardin, les chauffeurs sont des personnes de grande valeur qui méritent respect et considération de tous. Ils doivent, à cet effet, soutient-il, adopter un comportement exemplaire et irréprochable dans la société.

«Un chauffeur est tout d’abord un citoyen avant d’être chauffeur. D’où, il est censé se comporter en responsable au volant, de manière à ce qu’il réussisse à garder entre lui et ses différents clients à bord, un climat doux et calme, et entre lui et la police de circulation routière, une atmosphère paisible», a épinglé Chardin Ngoie, peu avant d’ajouter : «Un chauffeur qui souhaite être engagé dans une grande institution, ne se pointera pas en culotte ou en bras-cassé. Par-là, faut-il comprendre que la stabilité dans ce métier des chauffeurs ne dépend que des chauffeurs eux-mêmes. Le changement des mentalités est un bon début pour l’amélioration des conditions de vie des chauffeurs».

Respect du code de la route, passage obligé

«Un chauffeur doit comprendre que conduire une voiture exige la maitrise de toute une série d’exigences, entre autres, le respect du code de la route et la maîtrise d’un civisme routier, que ce soit pour un taximan, un chauffeur privé ou pour un personnel», a largué Chardin, dans le souci de planter les décors de la réduction des accidents de circulation dans la capitale Kinshasa.

Lapatsh Musanga