Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Mort confirmée à Kinshasa/Kitenge Yesu : un grand vide, un grand choc !

Mort confirmée à Kinshasa/Kitenge Yesu : un grand vide, un grand choc !

This post has already been read 1097 times!

*Plusieurs fois annoncée, la nouvelle de sa disparition a enflammé la toile hier, lundi 31 mai 2021, tôt le matin. Telle, un traînée de poudre, elle s’est repandue à la vitesse de la lune. Donné  pour mort, nombreux n’y croyaient vraiment pas. Déclaré mort chez les Médecins des nuits, nombreux des ceux qui l’ont connu de près ou de loin ont attribué cette ténébreuse et arrogante nouvelle aux mytères des dieux des rumeurs, de la folie et des zizanies. Aux doutes, incertitudes et spéculations redevables généralement au génie créateur du marigot politique congolais, la lumière n’a finalement jailli sur les ombres et pénombres qu’en début d’après-midi de la même journée d’hier lorsqu’un communiqué officiel émanant de la Présidence de la République Démocratique du Congo et signé par Guy Nyembo, le Directeur de Cabinet, a coupé l’herbe sous les pieds de tous les sceptiques. Ainsi, ses jolies paupières ont-elles refusé, désormais, de regarder aux caprices, purtant,   séditieuses du doux soleil. Kitenge Yesu n’est plus ! Le baobab est tombé avec l’étendard de la lutte bien dressé en mains. Ses multiples tweets aux allures des flèches pimentées qui n’ont plus de place dans le fourreau, continueront, tout de même, à inspirer confiance, susciter de l’espoir, galvaniser les consciences et indiquer l’horizon.

Mais, où est-il  parti ?

Kitenge Yesu, le Patriarche, l’Albatros,   le Sémillant, le   cerveau prodigieux, le ‘’Tomatier’’, le ‘’Kishishi’’ (le mot est de lui en langue songye), le Haut Représentant et Envoyé Spécial du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, l’Autorité Morale des Forces Politiques Alliées de l’Udps et l’une des figures emblématiques de l’Union sacrée de la nation a traversé en flèche de l’autre côté, il est parti dans la félicité du Père Très-Haut, dans le firmament de la gloire Eternelle, dans l’au-delà, alors qu’il était encore à l’œuvre.

D’où, ce grand vide, ce grand choc…aussi bien pour l’ensemble de la communauté songye, de la nation congolaise toute entière que la classe politique, y compris pour l’actuel Président de la République dont il était, certainement, l’un des bras séculiers.

Mais, que s’est passé réellement ?

Pourquoi n’a-t-il choisi que la journée d’hier pour tirer sa révérence ? Comment en est-il arrivé jusqu’à passer de vie à trépas ? A ce stade, il n’y a aucun détail. Aucune explication plausible. Par contre, le mythe et le mystère rivalisent tellement d’ardeur qu’il n’y a que Dieu, le Tout-Puissant, celui-là même qui sonde les cœurs et les reins, qui peut, sans nul doute, en savoir un peu plus.

Car, là où l’argent de ce monde, l’intelligence humaine et le pouvoir ont détalé, il n’y a que lui dont la paix est au-dessus de tout à qui revient la charge d’accueillir dans son paradis, ce pélèrin aux talents pointus, ce combattant de la liberté, ce défenseur acharné de la cause des opprimés, cet homme aux hauts faits, ce funambule qui aura traversé les âges sur le fil du rasoir et fédéré autour de lui, plusieurs générations, depuis les premières heures de l’accesion de la RD. Congo à son indépendance nationale et à sa souveraineté internationale.

L’ombre résiste…

Ainsi, aura-t-il   été de toutes les luttes. Plusieurs fois Ministre sous la Deuxième République, Grand cadre des Forces Politiques du Conclave, Opposant déclaré,   Cadre patenté du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales créé sous la férule d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba à Genval, peu avant sa mort, le 1er février 2017, à Bruxelles.

Sous plusieurs casquettes, il a été entièrement dévoué au service de la nation jusqu’au bout. En lui, il n’y avait que l’esprit tranchant, la recherche de la vérité et l’idée de servir le peuple d’abord autant qu’il laissait planer, derrière lui, l’ombre d’Etienne Tshisekedi ou, à tout le moins, de sa réincarnation politique.

Il se voulait, d’ailleurs, comme l’un des modèles   dans la lignée des continuateurs de la lutte titanesque contre les injustices abjectes, la misère et la pauvreté imposées cyniquement au peuple congolais par le truchement du   détournement des deniers publics, de la corruption, de la concussion, du dol et de la mégestion érigés en règle d’or.

LPM