Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Mascarade ?

This post has already been read 10033 times!

Même son initiateur ne pourrait plus se reconnaître dans cette proposition de loi organique modifiant et complétant la loi organique n°10/13 du 28 juillet 2010 portant organisation et fonctionnement de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), telle que modifiée et complétée par la loi organique n°13/012 du 19 avril 2013. Politisée et inféodée, rien ne garantit que la CENI s’inscrira dans l’optique d’organiser les élections crédibles et transparentes en RDC. La société civile, Lamuka dans son aile dure incarnée par Fayulu et Muzito, ajoutant en cela le G13, ce même collectif qui lutte pour les réformes en RDC, fustigent d’ores et déjà les ‘’réformettes politiques’’ telles qu’adoptées par l’Assemblée nationale qui n’augurent aucune avancée dans la lutte pour la dépolitisation de l’Institution CENI. Une frange de la classe politique ne veut pas d’une quelconque ‘’Mascarade électorale’’ en matière des réformes.
Après son adoption en première lecture à la Chambre basse du parlement, « La loi Lutundula » n’aura pas tardé à propager une saveur nauséabonde dans l’agora politique actuelle marquée par la nouvelle majorité de l’Union sacrée de la Nation. Interpellés, les sénateurs qui examinent ce texte de loi en seconde lecture, ont un grand rôle à jouer surtout dans l’intérêt de la République. Incités à avoir le scrutin dans le délai et ayant été abordés par le Chef de l’Etat le week-end dernier, ces ‘’Sages de la République’’ vont-ils s’inscrire dans la même direction que leurs collègues de l’Assemblée nationale, qui ont politisé davantage le Bureau de la CENI avec un seul membre de la société civile et les six autres qui proviendraient de la Majorité USN et de l’Opposition FCC ? Eh bien, dans cette logique, l’on ira alors tout droit vers des fortes contestations doublées des revendications non seulement de l’Opposition, mais aussi de l’ECC et la CENCO, qui ne vont pas rendre la tâche facile à ceux qui travaillent pour la politisation de la CENI.
Conscient des enjeux, le G13 appelle toutes les forces politiques et sociales, partisans du consensus sur les réformes électorales, à se mobiliser dans le cadre d’un front citoyen pour les élections véritablement libres, démocratiques, transparentes et inclusives en 2023, pour veiller au respect des objectifs du consensus et de l’Agenda citoyen des réformes électorales.
Les erreurs du passé d’avant, pendant et après le scrutin doivent servir d’exemple aujourd’hui. Il est encore temps de rectifier les tirs. Les réformes électorales ne doivent pas orchestrer une quelconque mascarade.
La Pros.