Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Festival Panafricain de Kinshasa /La participation de la population au cœur du débat

Festival Panafricain de Kinshasa /La participation de la population au cœur du débat

This post has already been read 1077 times!

Dans son discours du 27 février au Palais du peuple à Kinshasa, le Président de la République, Félix Tshisekedi avait consacré 2021 comme étant année de la Culture en République Démocratique du Congo. Cet engagement s’inscrit dans le cadre de son mandat à la tête de l’Union Africaine dont le thème est basé sur la culture, les arts et le patrimoine.
Pour joindre l’utile à l’agréable, le panel constitué d’éminentes personnalités du microcosme culturel congolais a proposé au Chef de l’Etat un projet d’organisation d’une série d’activités culturelles sur l’ensemble du territoire national. Effectivement, cette proposition avait retenu l’attention de Félix Tshisekedi, qui a validé le projet. Ainsi dans son allocution, le Premier des Congolais a annoncé que l’année 2021 sera marquée par trois évènements artistiques de grande envergure qui vont marquer sa mandature à la présidence de l’Union africaine. Il s’agit du Festival Panafricain de Kinshasa, du festival Amani de Goma et du festival Rumba parade. Concernant le Festival Amani, il faut signaler que le comité organisateur a renoncé à l’évènement à cause de la catastrophe naturelle causée par l’éruption volcanique Nyragongo qui a endeuillé toute la Ville de Goma et ses environs. C’est-à-dire, la saison 2021 n’aura plus lieu.
Quid de l’organisation ?
Par contre, rien n’est encore signalé du côté de Kinshasa où les observateurs avertis constatent un silence de cimetière. Pas de communication officielle sur les préparatifs du Festival panafricain de Kinshasa (FESPAKIN). Alors que le Chef de l’Etat tient bec et ongles à l’organisation dudit événement pour non seulement faire participer l’ensemble de la population Kinoise mais aussi et surtout pour marquer le passage de la RDC dans l’histoire de l’Union Africaine.
Cependant, plusieurs analyses et réflexions sur la mise en place du FESPAKIN renseigne que de nombreux culturels jugent inopportun de créer un autre Festival, dans la mesure où ce projet ne va pas avoir beaucoup d’encrages en termes de soutien à la Culture et participation de la population.
Par rapport à la thématique inscrite à son mandat pour piloter l’Union africaine : «Arts, Culture et Patrimoines: leviers pour l’édification de l’Afrique que nous voulons » avec son sous thème de la mandature : “l’Union Africaine au service des peuples africains”, et le défi à relever, il était temps que le Chef de l’Etat consacre sa politique sur la redynamisation du secteur culturel dans l’échiquier continental, en général, et dans son pays, la RDC en particulier.
Vu la dimension voulue par le Président en exercice de l’UA sur l’essentiel de ce qui sera entrepris tout le long de son mandat, les culturels congolais pensent que l’approche suivie par le Panel dans l’organisation et l’exécution du FESPAKIN n’est pas très participative.
Il est constaté que le Panel veut qu’il soit l’unique et le seul évènement de prestige de la Ville où la place de congolais lambda ne sera vraiment plus prise en compte. Cependant, choisir un seul espace comme le stade de Martyrs où il sera érigé une estrade pour accueillir en une ou deux journées les différents spectacles des artistes ne semble pas être une meilleure idée ou option pour traduire et marquer de manière évènementielle et historique le règne de notre pays, le grand Congo, au sommet de cette organisation panafricaine.
Deux propositions pour changer la donne !
Pour ce, certains observateurs avertis proposent que le Panel puisse diversifier les choses, en accompagnant financièrement les autres festivals qui existent déjà au pays afin de renforcer la visibilité de l’action du Chef de l’Etat par rapport à son mandat à la tête de l’Union Africaine et aussi donner plus d’impact et construire un rapprochement direct de la population autour d’un idéal commun : soutien à la culture et aux arts dans toute de sa diversité.
Alors deux propositions majeures sont avancées, à cet effet, pour réorienter autrement l’organisation du FESPAKIN pour permettre à tout le monde de participer à cet évènement de grande envergure continentale.
Primo : le Panel peut bien retenir un cadre officiel (espace) au centre-ville pour abriter l’évènement et servir d’un point focal qui va réunir le Chef de l’Etat et ses convives de marque au FESPAKIN.
Secundo : le Panel devra donner une dimension encore plus attractive à ce festival pluridisciplinaire, en mettant en place une politique de décentralisation afin de permettre à la population congolaise de se rapprocher et s’approprier de l’évènement. Ici, l’idée est d’associer et d’accompagner d’autres centres culturels et festivals existants, en accueillant aussi le FESPAKIN dans leurs milieux respectifs. Ainsi, le Festival sera amené et senti dans les 4 districts de la Ville à travers une programmation artistique hybride qui va non seulement permettre à l’ensemble au public de participer mais aussi de donner de la visibilité à ces espaces culturels de Kinshasa qui vont néanmoins bénéficier du mandat du Chef de l’Etat à la tête de l’Union Africaine.
Jordache Diala