Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Rapatriement des reliques de P.E Lumumba/L’ADNC exige des excuses et regrets officiels de la Belgique

Rapatriement des reliques de P.E Lumumba/L’ADNC exige des excuses et regrets officiels de la Belgique

This post has already been read 1327 times!

Reporté pour le 16 janvier 2022, le rapatriement des reliques du premier Premier Ministre Congolais, Patrice Emery Lumumba de la Belgique jusqu’en RDC, continu à susciter des réactions de partout. Et pourtant, annoncé pour le 30 juin 2021 par le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, cet événement a été critiqué à fond par le Président National du parti ‘’Action pour le Développement de la Nation Congolaise’’, Etienne Pembe. Ce dernier fustige le comportement de la Belgique et exige des excuses et regrets officiels au peuple Congolais avant ce rapatriement. Etienne Pembe estime que les autorités belges, après cet acte regrettable devraient normalement être poursuivies pour crime en bande organisée. Selon lui, l’indépendance pour laquelle Patrice Emery Lumumba et ses compagnons s’étaient battus, n’a jamais réjoui le cœur du roi de Belgique. Dans son message, il souligne que le combat de l’ADNC est pour l’intérêt du Congo, pour que ce dernier mérite le respect de tous, afin que les fronts longtemps courbés, soient dressés devant l’histoire. Et que cela puisse faire germer une véritable société congolaise de justice, d’égalité et de paix. Ci-dessous, la déclaration de l’ADNC.
Le cri du héros trahi
À coup d’annonces, ressemblant beaucoup plus à la récupération politique qu’à la commémoration du héros national, la presse congolaise annonçait le voyage du président de la république en Belgique pour récupérer ce qui reste du corps de Patrice Emery Lumumba, pudiquement appelé les reliques : savoir une dent. Dans le même temps, les partisans sous la propagande frénétique de leur parti, jubilaient sur la participation du roi des belges aux festivités commémorant l’indépendance nationale couplée des honneurs au héros national. Plus grave encore était le faramineux montant qui était avancé pour couvrir le rapatriement des reliques de l’illustre héros national Premier Ministre de la République Démocratique du Congo. Spéculation ou exagération, toujours est-il que : une communication nébuleuse a entouré ces trois affaires.
L’ADNC, fier de son nationalisme et de son engagement du côté de la vérité historique, mû par son amour pour le Congo ne pouvait ne pas réagir à ce qui touche notre dignité, notre fierté nationale. Les conditions dans lesquelles notre chère patrie a accédé à sa souveraineté internationale, ne peut nous laisser indifférent, car un Premier Ministre a été lâchement assassiné avec lui, ses deux compagnons. Leur seul tort aux yeux du colonisateur belge était, leur amour pour le Congo, la liberté et la dignité. Cet acte n’a pas été sans conséquences dans la vie politique de la République Démocratique du Congo.
Des guerres civiles, des rébellions, des sécessions et pour finir l’installation de la pire des dictatures que l’Afrique n’avait jamais connue et ne connaîtra peut-être plus jamais. En somme, la République Démocratique du Congo a payé le plus lourd tribut qu’aucun autre pays africain.
Potentiellement riche parmi les nations de la planète, mais factuellement pauvre et misérable. Et la Belgique en porte une responsabilité historique avérée. Impunément, la Belgique sans remord ni mea culpa s’est mué en surveillant de la vie politique R.D congolaise et donneur de leçons.
Comme l’assassin qui revient toujours sur son lieu de crime, le roi des belges puisque c’est de lui qu’il s’agit, était prêt à s’afficher sur notre propre invitation, devant toute la nation congolaise éplorée, la famille de P.E. LUMUMBA, de Maurice Mpolo et de Joseph Okito. C’est pour nous qu’ils sont morts, refusant d’accepter la servitude. Lumumba et ces trois compagnons n’ont pas joui des retombées de l’indépendance, morts précocement par la main assassine de la Belgique.
La plus humiliante des insultes était de faire coïncider la commémoration de l’indépendance, le rapatriement des reliques de P.E. Lumumba et l’invitation faite aux rois des belges. Convier l’assassin de son frère aux cérémonies en hommage à la victime n’est ni plus ni moins qu’un manque d’égards pour la mémoire des victimes.
Sommes-nous à ces points crédules pour oublier les atrocités de la Belgique? Sommes-nous aussi inconscients pour oublier que la Belgique n’a jamais manifesté le moindre regret, ni présenter ses excuses au peuple congolais? Encore moins, procéder aux réparations.
Le peuple a droit aux excuses et regrets officiels du royaume de Belgique, dont les autorités ont une responsabilité collective et individuelle. À ce titre, elles auraient dû être poursuivies pour crime en bande organisée. L’indépendance pour laquelle Lumumba et ses compagnons s’étaient battus, n’a jamais réjoui le cœur du roi.
Aux congolais, l’ADNC adresse ses questions:
1) Pourquoi sommes-nous plis enclin à obéir aux ordres et diktats de l’occident pour rouvrir les procès de Chebeya par exemple, alors que nous n’avons le moindre courage pour ouvrir le procès de Lumumba et de ses compagnons?
2) Pourquoi les prétendus défenseurs des droits de l’homme n’ont-ils jamais exercé des pressions pour connaître les responsables de la mort de P.E. Lumumba et de ses compagnons? Serait-il faux de penser que leurs consciences les accusent? Car l’iniquité ou le péché ferme la bouche.
3) À vous du pouvoir, par quelle motivation conviez-vous l’assassin de votre frère, aux cérémonies de commémoration et de leur martyr, et de l’indépendance pour laquelle ils ont été assassinés?
4) Qui des congolais et des belges seraient à ce point chatouillés par un procès P.E. Lumumba?
5) Pourquoi la R.D. CONGO ne prendrait-t-elle pas l’initiative à l’instar du procès révisé de Simon Kimbangu, de faire celui des assassins du héros national et de ses compagnons?
6) La R.D. Congo ne devrait-elle pas exorciser ses démons en commençant par le début? Seuls ceux qui se sentent soit coupables, soit complices, soit terrorisés par les assassins auraient mauvaises conscience.
L’ADNC veut briser les tabous, défier la peur pour exiger que P.E. Lumumba et ses compagnons aient droit à un procès équitable pour rétablir leur dignité et celle de toute la nation, leur honneur sali par les mensonges utilisés pour justifier leurs assassinats. Que tous ceux qui de près ou de loin, portent dans leur conscience la responsabilité de la mort de Lumumba et de ses compagnons, subissent la justice de l’histoire et l’opprobre que mérite tout assassin. Il est stupide que toute la nation se taise comme par lâcheté alors que l’injustice règne.
Notre combat est pour l’intérêt du Congo, pour mériter le respect de tous, afin que nos fronts longtemps courbés, soient dressés devant l’histoire, les hommes et les nations et voir ainsi germer une véritable société congolaise de justice, d’égalité et de paix.
Celui qui oublie son passé, risque de le revivre. Quand vient le méchant, vient aussi le mépris; et avec la honte, vient l’opprobre.
Par Etienne PEMBE
Président National de l’ADNC