Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Et si nous parlions un peu d’histoire ?/”Ebembe ya Adoula” 

This post has already been read 391 times!

*Un terme très familier à Kinshasa et dans certains coins de la RD Congo. Mais,  d’où nous vient-il?

Cette photo de l’ancien Premier ministre Congolais Cyrille Adoula, élégamment habillé – la classe (par rapport à nos politiciens d’aujourd’hui qui s’habillent en costume-cravate sans chaussettes), a attiré mon attention. Dans son regard, on voit Cyrille Adoula dégager l’intelligence et le sérieux. Dans sa main droite, une carte géographique de la République démocratique du Congo, je crois !

Cyrille Adoula fut le Premier ministre Congolais qui, officiellement, succéda à Patrice Emery Lumumba en Août 1961 (après l’intérim de Joseph Ileo). Il le sera de 1961 à 1964.

Mais,   pourquoi “EBEMBE YA ADOULA” ?

À son arrivée à la primature, Adoula héritera d’un pays agité après la mort de Patrice Lumumba, assassiné en Janvier 1961. Il y avait des foyers de tensions un peu partout. La sécession au Katanga, au Sud Kasaï, les Simba etc…. La famine menaçait.

Dès sa prise de fonction, Cyrille Adoula va entreprendre un voyage auprès de nos partenaires occidentaux, les commanditaires de la mort de Lumumba sans doute. Pour couronner le tout, il sera reçu à la Maison Blanche par le Président Américain John F. Kennedy.

À son retour au pays, le Premier ministre Adoula sera suivi par des cargaisons de poulets surgelés dans des bateaux frigorifiques (des réserves alimentaires stockées durant la 2ème guerre mondiale). Et c’était la toute première fois pour la population congolaise de découvrir des poulets prêts à être consommés, sortis des chambres froides (comme ces cadavres qu’on garde dans la morgue pour la conservation avant l’enterrement). Alors ces poulets seront surnommés : “Ebembe ya Adoula ” : Ces poulets qu’Adoula nous a ramenés dans des frigos comme des cadavres.

Les Congolais, qui étaient habitués jusque-là à bouillir de l’eau pour y plonger “un poulet local” avant de le déplumer, devraient désormais s’habituer aux poulets “made in USA”.

 

Et pourquoi : Poids 12, poids 16, poids 10 ? Non, pas possible, une autre confusion dans la tête des autochtones. Il s’agissait de POUNDS, mesure anglo-saxonne, l’équivalent de mesure de poids (gramme, kilogramme etc..).

Cyrille Adoula est décédé en Suisse en 1978. Certainement, il avait aussi mangé de son vivant ces poulets qui portaient son nom ! Lui au moins a laissé des traces sur son passage à la primature.

#RATEL_TV1