Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Grand Cordon dans l’ordre national Kabila-Lumumba/Laurent Monsengwo Pasinya : mission accomplie, toute une reconnaissance de la Nation !

Grand Cordon dans l’ordre national Kabila-Lumumba/Laurent Monsengwo Pasinya : mission accomplie, toute une reconnaissance de la Nation !

This post has already been read 666 times!

Il est certes parti au moment où la République Démocratique du Congo  pouvait bénéficier quelques années encore de son savoir pour relever d’énormes défis qui restent pendants, mais s’il faut revisiter l’histoire, dans un passé proche ou lointain, il aura été,  durant toute sa vie, au front pour l’avènement de la démocratie et d’un véritable Etat de droit dans son Congo natal. Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Grand Chancelier des ordres nationaux qui, comme tout le monde, n’entendra plus la voix douce et limpide du Petit frère du chef coutumier, a tenu à couronner ce digne fils du pays et Apôtre de la bonne nouvelle du Christ, par une décoration à titre posthume au grade de Grand Cordon dans l’ordre national héros nationaux Kabila-Lumumba mardi 20 juillet 2021 lors des obsèques officiels organisées à l’esplanade du Palais du peuple, en présence du Président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, des Premiers Ministres, des membres du gouvernement ainsi que des membres de bureaux de l’Assemblée nationale et du Sénat de la RDC et du Congo-Brazzaville. Quelques minutes plus tôt, une messe de funérailles a été dite par le Cardinal Fridolin Ambongo, avec à ses côtés, le Cardinal John Onaiyekan, Archevêque Emérite d’Abuja au Nigéria, le Cardinal Philippe Ouedraogo, Archevêque de Ouagadougou au Burkina-Faso, Cardinal Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui en République Centrafricaine ainsi que le Cardinal Antoine Kambanda, Archevêque de Kigali au Rwanda. Au cours de cette célébration eucharistique, l’Archevêque métropolitain de Kinshasa Fridolin Ambongo a, devant une foule immense de chrétiens ainsi que des représentants de confessions religieuses, présenté son Prédécesseur comme un Modèle non seulement dans la foi, mais aussi et surtout dans la lutte pour le bien-être de tous. Un Pasteur qui, de la Conférence nationale souveraine à sa mort, s’est coupé en morceaux pour l’avènement d’un Congo debout et prospère où il fait beau vivre.

Dans son homélie, le Cardinal Fridolin Ambongo, tel un prophète, n’a pas eu besoin d’interprète pour se faire comprendre dans une logique d’interpellation aux autorités du pays. A l’en croire, rendre un véritable hommage à Tata Cardinal Laurent Monsengwo, c’est trouver des solutions aux problèmes de congolais, c’est mettre fin à l’impunité qui prend de plus en plus corps en République Démocratique du Congo. « On ne peut rendre hommages à la mémoire du Cardinal Laurent Monsengwo si on laisse la population croupir dans la misère alors que les gouvernants vivent dans l’opulence et l’impunité », a insisté le Cardinal Fridolin Ambongo, et de poursuivre : «  L’œuvre de Dieu pour la renaissance du Congo mais aussi du Continent africain pour lequel le Cardinal Laurent Monsengwo a consumé toute sa vie, c’est de voir nos dirigeants ne pas se considérer comme les propriétaires de nos pays, mais comme des humbles serviteurs pour le bonheur des populations ». Ensuite, le Prélat catholique a indiqué que la meilleure des manières de pleurer le feu Tata Cardinal Laurent Monsengwo est de quitter l’égocentrisme pour regarder ses prochains.  « La meilleure façon d’honorer la mémoire de ce personnage c’est de s’engager résolument pour que les richesses immenses dont Dieu a doté notre pays servent réellement au bien de nos populations et non à un petit groupe de privilégiés ». Pour finir, Mgr Fridolin invite les congolais, chacun en ce qui le concerne, à devenir des artisans de l’instauration de l’Etat de droit dans la paix et la réconciliation nationale.

Pour la Conférence Episcopale Nationale du Congo dont le feu Cardinal était membre, cette disparition est une perte immense et incommensurable au regard de l’expérience de l’homme, selon Mgr Marcel Utembi dans son oraison funèbre. Mboso N’kodia Mpwanga, quant à lui, estime que la République Démocratique du Congo aura perdu un de ses valeureux fils, un fin serviteur aux qualités pointues. Fini les hommages, la dépouille a regagné la morgue de l’hôpital Saint Joseph. Ce mercredi à la Cathédrale Notre Dame du Congo, intervient l’inhumation.

Gloire Mfemfere