Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

UNESCO : les journalistes appelés à lutter contre le Fake news

This post has already been read 480 times!

L’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), interpelle les professionnels des médias à combattre les fake news qui ne cessent de prendre une allure inquiétante dans la société congolaise et dans le milieu médiatique. C’est ce qu’a précisé, Jean-Pierre IIboudo, représentant de cette agence spécialisée de l’ONU en RDC, à l’issue d’un forum organisé à Kinshasa le mercredi 21 juillet.

Considéré comme le routier de l’information vers le public, le journaliste est invité à avoir un esprit de doute méthodique et de vérifier l’information avant de la publier ou diffuser, en recourant toujours aux sources, a déclaré IIboudo, lors d’un atelier co-organisé avec le Bureau Régional des Nations Unies pour l’Afrique central (UNOCA). Face à cette problématique liée aux fake news qui ne cessent d’envahir le milieu social et médiatique, les chevaliers de la plume et du micro sont appelés à vérifier une information avant de la publier ou diffuser, en privilégiant ainsi la raison en lieu et place de l’émotion ou du sensationnel.

«Aujourd’hui, plus que jamais, les journalistes ne doivent pas demeurer des simples spectateurs de l’avalanche de désinformation et de fausses informations  qui envahissent l’espace Médiatique. Vous êtes concernés en premier lieu, vous devez donc mettre fin au risque d’être noyé dans la cacophonie ambiante, pour ne pas être manipulés par des personnes qui violent l’éthique des relations publiques ou la déontologie journalistique en vous trompant ou corrompant, pour que vous puissiez diffuser des fausses informations. Vous devez travailler au service de la vérité, donc, la véracité doit primer en vous, même si elle va déranger certaines personnes. Vous devez surtout refuser d’être la cible des mensonges, des rumeurs et des canulars conçus pour les discréditer en tant que personnes et professionnels des médias», a insisté Jean-Pierre IIboudo.

Sur ce, Nobert Ouendji, responsable de l’unité de la communication stratégique et de l’information publique à L’UNOCA, a évoqué le bien-fondé de cet atelier de formation. Le sort de cette conférence permettra aux professionnels des médias de mettre un terme à cette mauvaise pratique liée à la manipulation et à l’inflation des fausses informations qui constituent une véritable menace contre la paix, la sécurité et l’unité nationale.

«Le forum qui s’ouvre ce jour permettra d’aller au fond de ces questions et de faire un état des lieux du phénomène ‘’fake news’’ en tant que menace émergeante contre la paix, la sécurité et la cohésion sociale. Nous devons donc les combattre avec une dernière énergie, y compris en nous servant de la première arme à notre disposition, à savoir l’usage intelligent des réseaux sociaux, devenu omniprésents, voire omnipotents du fait, entre autres, de la démocratisation du téléphone mobile et internet », a ajouté, Jean-Pierre IIboudo.

Il y a lieu de noter que cet atelier de formation a connu la participation de Tito Ndombi, président du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) ; des membres de l’Union Nationale de la Presse Congolaise (UNPC) et Joseph Poto Poto de L’UNESCO, des enseignants et chercheurs indépendants.

Ronsard Malumalu