Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Incidents survenus à la résidence du Cardinal Ambongo/RDC : la CIME exige des sanctions sévères contre les auteurs

This post has already been read 2915 times!

Tous les jeunes inciviques ayant visité la résidence de l’Archevêque Métropolitain de Kinshasa, le Cardinal Fridolin Ambongo, méritent la prison, si jamais les services compétents de l’Etat arrivaient à mettre la main sur eux. C’est le vœu le plus ardent de la Commission d’Intégrité et Médiation Electorales (CIME). A eux, ces inciviques, faut-il ajouter ceux de Mbuji-Mayi, dans le Kasaï-Oriental, qui ont profané une dizaine de paroisses récemment. Dans un communiqué publié mardi 2 août dernier, cette structure des Confessions religieuses en RDC entend soutenir, par ces sanctions réclamées aux autorités du pays, la sauvegarde de la cohésion nationale et du vivre ensemble qui caractérisent les congolais depuis. Ainsi donc, pour un lendemain apaisé, la CIME appelle les congolais à privilégier la paix, et rien que la paix. Ci-dessous, le communiqué de la CIME.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CONFESSIONS RELIGIEUSES

COMMISSION D’INTEGRITE ET MEDIATION ELECTORALES (CIME)

COMMUNIQUE

La Commission d’Intégrité et Médiation Electorales (CIME), exprime sa solidarité à tous les fidèles catholiques de la RDC.

La Commission d’Intégrité et Médiation Electorales, CIME en sigle, a appris avec grande consternation la profanation des églises catholiques et des objets sacrés dans le diocèse de Mbuji-Mayi et l’attaque de la résidence de son Eminence Cardinal Fridolin Ambongo, Archevêque métropolitain de Kinshasa, par un groupe de personnes non autrement identifiées, jetant des projectiles et scandant des chants désobligeants à l’égard de la haute autorité de l’Eglise Catholique en RDC. La CIME condamne avec la dernière énergie ces actes de barbarie qui risquent de fragiliser la paix et la cohésion sociale entre différentes couches de la population. Elle appelle donc les autorités concernées à sanctionner les coupables ; La CIME rappelle à tous que la tolérance est l’un des piliers indispensables de la démocratie. De ce fait, elle estime que, quelles que soient les divergences d’opinion qu’il peut y avoir entre nous Congolais, rien ne devrait justifier la violence gratuite et/ou la profanation des temples de Dieu ; La CIME invite donc tous les Congolais quels que soient leur rangs à respecter les droits des autres et à œuvrer avec responsabilité pour bâtir un Congo fort, uni et surtout respectueux des libertés individuelles; La CIME implore Dieu Le Tout-Puissant qu’il soutienne leurs frères catholiques et qu’il les accompagne dans leur mission évangélique ;

Fait à Kinshasa, le 2 août 2021

Pour les Chefs des Confessions religieuses,

Imam MOUSSA RACHID

Président de la CIME