Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Affaire TENAFEP : Tony Mwaba et Jules Alingete à couteaux tirés

Affaire TENAFEP : Tony Mwaba et Jules Alingete à couteaux tirés

This post has already been read 1057 times!

S’adressant  lundi 16 août devant les syndicalistes du Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), qui étaient venus lui présenter leurs remerciements pour le travail abattu au cours de ses cent premiers jours à la tête de ce Ministère, Tony Mwaba a profité de l’occasion pour dénoncer la mauvaise volonté dans le chef de l’Inspecteur Général des Finances (IGF), Jules Alingete le soupçonnant de détournement. 

«L’Inspection Générale des Finances informe l’opinion que les réactions du Ministre de l’EPST au sujet de ces fonds sont consécutifs aux dispositifs mis en place par elle pour assurer la traçabilité de leur utilisation étant donné des fortes inquiétudes observées quant à leur destination. Il est demandé à toute personne qui s’invite dans la manipulation des fonds publics à respecter les lois et règlements en matière des Finances Publiques. Le contrôle s’impose à tous », souligne le communiqué de presse de l’IGF, dont une copie est parvenue au journal La prospérité.

Par ailleurs, Jules Alingete, Inspecteur Général chef de service pense qu’il est inacceptable que de telles importantes sommes d’argent puissent sortir de la Banque Centrale du Congo (BCC), en espèces, sans garantie qu’elles arriveraient à destination, à l’intérieur du pays.

Devant un groupe de syndicalistes de l’EPST, le Ministre Tony Mwaba qui dénonçait un dossier de la vengeance, soulignait qu’il avait empêché la sortie de deux millions d’euros en faveur de l’entreprise VERIDOS pour une affaire des cartes biométriques d’élèves en contradiction avec l’Inspecteur Général des Finances.

A en croire la cellule de communication de l’IGF, le chef de service de cette institution ne se trouve ni de près, ni de loin concerné dans cette affaire.

«Les allégations populistes du Ministre de l’EPST sont sans fondement parce que cette société allemande avait déjà été payée par le Ministère des Finances, au mois de février 2021, soit deux mois avant que lui ne devienne Ministre. Le prétendu blocage des fonds évoqué par lui, est donc utopique », peut-on lire dans le communiqué.

Peu avant dans la journée, Tony Mwaba déclarait : “il n’y a jamais eu détournement ni tentative de détournement, le vrai problème entre l’IGF et l’EPST est le mode de paiement”, a-t-il dit.

Albert Yemba