Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Bonne gouvernance,  mobilisation  des recettes, dette intérieure   &  FMI/Nicolas Kazadi : vérité des chiffres,  bilan clair et  perspectives prometteuses !

Bonne gouvernance,  mobilisation  des recettes, dette intérieure   &  FMI/Nicolas Kazadi : vérité des chiffres,  bilan clair et  perspectives prometteuses !

This post has already been read 1875 times!

*Gérer les Finances Publiques  au mieux des réalités de  la conjoncture marquée essentiellement  par les mesures de restriction dues à la Covid-19  ainsi qu’au ralentissement de l’essentiel des activités économiques. Maximiser les recettes publiques  internes et donner au Trésor Public,  les moyens de l’action gouvernementale. Restaurer la confiance autrefois brisée avec le FMI et les autres institutions financières internationales. Et, face à la dette intérieure et aux autres exigences des paiements dus  à la chaîne de dépenses, établir les équilibres macroéconomiques.   Nicolas Kazadi Kadima Nzuji, le tout nouveau Ministre des Finances, est, depuis sa prise des fonctions  à la tête de ce secteur névralgique de la vie nationale, au four et au moulin. Sans repos, ni répit,  il abat un travail titanesque dont le bilan rendu en marge de ses cent premiers jours,   indique que l’intox ou l’infox, même si l’on est de mauvaise foi,   aurait bien  du mal à  lui  trouver un tissu cousu en fils  blancs pour peindre autrement, le tableau constitué de toute une kyrielle de ses  réalisations aussi bien palpables qu’en cours de téléchargement.

Engagements et actions

Le Président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, s’est engagé, depuis son accession à la magistrature suprême, à réanimer la coopération avec toutes les organisations internationales. Bien plus, il fait de la bonne gouvernance le socle de sa vision et son cheval de bataille. C’est dans cette logique que s’inscrivent tous les membres du Gouvernement Sama Lukonde.

Le Ministère des Finances est entre deux fers aux feux dans  cette vision du Chef de l’Etat, plus  singulièrement,  dans la coopération avec les institutions financières internationales (FMI, Banque Mondiale…) et la bonne gouvernance qui suppose l’orthodoxie financière. Faisant une sorte d’état des lieux du Ministère des Finances, un proche de l’Argentier National s’est confié à La Prospérité, en évoquant quelques réalisations de Nicolas Kazadi, près de 4 mois seulement  après sa nomination.

Hausse exponentielle des recettes

A l’en croire, depuis l’arrivée de Nicolas Kazadi au Ministère des Finances, les recettes de l’Etat,  à  travers les régies financières,  ont connu une ascension époustouflante, en induisant même l’augmentation des réserves de change à la Banque Centrale du Congo. ‘‘…Nul n’est besoin de publier ici,  un tableau synoptique qui démontre à suffisance que Nicolas Kazadi  est l’un des rares Ministres des Finances qui,  dans l’histoire de la RDC,  paie la dette intérieure en sus du fait que tous les autres paiements des nationaux sont traités en procédure d’urgence. Ses performances en cette matière, alors qu’il est arrivé aux Finances, il n’y a que quatre mois, sont simplement exceptionnelles’’, martèle l’un des  Conseillers  du Ministre des Finances.

Continuité de l’Etat…

Aussitôt nommé par le Chef de l’Etat, soutient ce proche, sous le sceau de l’anonymat,   dans l’esprit de la continuité de l’Etat, Nicolas Kazadi s’est attelé à liquider les indemnités de sortie des membres des cabinets du gouvernement Ilunkamba.

A l’en croire, les rémunérations comme les indemnités de sortie comprennent deux rubriques   notamment, les  salaires  proprement dits  et le complément des  salaires. La seconde partie a déjà été payée depuis le début du mois de juillet 2021. Mais, la première, c’est-à-dire, les  salaires  proprement dits, se trouvent  encore au Ministère du Budget, plus précisément,  à la Direction de la paie et n’a donc pas encore été transmise au Ministère des finances pour ordonnancement.

Réactivation de la coopération avec le Fmi

La RDC, rappelle-t-il, est membre du FMI depuis 1963. Le FMI est le conseiller de tous les pays-membres en matière économique. Il accompagne les pays dans la mise en œuvre de leurs politiques économiques et il n’y a pas d’inconvénients de faire appel au FMI pour bénéficier davantage de ses conseils et  surtout,  lorsque le Président de la République s’engage,  lui-même,  à activer la coopération avec toutes les organisations internationales et fait de la bonne gouvernance,  le socle de sa vision et son cheval de bataille.

Le Programme économique formel conclu entre la RDC et le FMI est le programme du Gouvernement Congolais et s’inscrit dans ses priorités programmatiques. Il vise ainsi  à maintenir la stabilité macroéconomique et à placer la RDC sur la voie d’une croissance durable et inclusive, centrée sur l’amélioration du capital physique et humain et sur une gouvernance solide. ‘‘Les réformes à moyen terme attendues du Gouvernement porteront principalement sur l’accroissement de la mobilisation des recettes intérieures, la promotion des investissements notamment, par le secteur privé pour favoriser une croissance durable et créatrice d’emplois, l’amélioration de la gouvernance et le renforcement du cadre de la politique monétaire. Au regard des objectifs de ce programme, les retombées seront bénéfiques pour tous les congolais.

Au titre de ce programme triennal allant de 2021-2024, la RDC devra bénéficier d’une enveloppe globale de USD 1.52 milliards, largement concessionnel avec un taux d’intérêt nul et sans risque sur la viabilité de la dette extérieure.

Ces ressources étant un appui à la balance des paiements, contribueront à l’augmentation du niveau des réserves internationales, passant de 1.5 semaine d’importations des biens et services en 2020 à 3.4 semaines en 2023, en vue de réduire la vulnérabilité extérieure et renforcer les acquis de la stabilité macroéconomique’’, renchérit-il, avant d’ajouter qu’une connaissance des principes de l’économie internationale couplée à  une meilleure maîtrise du rôle et du fonctionnement des institutions financières internationales notamment, le FMI et la Banque mondiale, s’avère nécessaire pour porter une analyse critique pertinente sur l’opportunité de ce programme.

Pour lui, en effet,  contrairement à certaines affirmations dénuées de sens par manque, peut-être,  d’informations, la RDC fait partie des pays dont le taux d’endettement est le plus faible en Afrique.

De la dette intérieure

A propos du présumé privilège que l’argentier national accorderait aux expatries au dépens des congolais dans l’octroi des marchés et paiements des DTO, il  précise, par ailleurs,  que ce n’est pas le ministre des Finances qui prend  les engagements pour octroyer des marchés concernant diverses provisions pour quelques besoins que ce soit.

‘‘Mais, s’agissant des paiements, nul n’est besoin de publier ici un tableau synoptique qui démontre à suffisance que Nicolas Kazadi  est l’un des rares Ministres des Finances dans l’histoire de la RDC qui paie la dette intérieure en sus du fait que tous les autres paiements des nationaux sont traités en procédure d’urgence. Ses performances en cette matière, alors qu’il est arrivé aux Finances, il n’y a que quatre mois, sont simplement exceptionnelles’’, martèle ce proche du Ministre des Finances qui a requis l’anonymat, tout en privilégiant de  parler des faits.

En  conclusion, il a  souligné  qu’en lieu et place d’encourager Nicolas Kazadi  pour son apport significatif à l’action gouvernementale, devenu secret de polichinelle, ses détracteurs éhontés s’évertuent à le clouer au pilori,  sans le   moindre respect dû à la dignité humaine qui est, pourtant,  sacrée pour tout le monde.

Les faits sont sacrés mais les commentaires sont libres, soutient-il,  comme pour répondre à ceux qui, selon lui, commanditent constamment et allègrement d’innombrables publications   usant, désespérément,  des  divers supports médiatiques dans le but inavoué  de ternir son image,  sans raisons valables, ni  scrupules.

‘’Toutes les allégations fallacieuses reprises dans une avalanche de ces publications creuses, du reste teintées de jalousie  et,  surtout,  similaires à des affabulations montées de toutes pièces et  avec hargne,  dans un style de nivellement vers le bas,  méritent d’être évacuées, en bloc,  par tous  ces éclaircissements’’, martèle-t-il.

La Pros.