Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Redevances audiovisuelles /RTNC : les agents réclament une meilleure redistribution

This post has already been read 834 times!

Les esprits sont surchauffés à la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC). En colère, les agents ont lancé leur mouvement de grève depuis le mardi dernier. Une première dans l’histoire de cette chaîne nationale. Leurs revendications s’articulent principalement autour du barème salarial ainsi que la répartition des redevances audiovisuelles. Les grévistes veulent obtenir la tête du Directeur Général ad intérim, Freddy Mulumba.

Amassés devant l’entrée principale de la chaîne mère, les agents et cadres étaient face aux agents de l’ordre. Cris, chants et danses et une fanfare ont rythmé leur débrayage. Certains ont même été brutalisés. Selon les délégués syndicaux de la RTNC, les employés exigent le solde du barème qui devait être payé en juillet.

Aussi, réclament-ils à cor et à cri la signature illico presto du nouveau barème par les Ministres du Budget et son collègue de la Communication et des Médias. Depuis 2021, déplorent-ils, les agents ne bénéficient nullement des avantages des redevances audiovisuelles. C’est la haute hiérarchie qui s’accapare de tout.

Par ailleurs, les grévistes ont fustigé les conditions difficiles de travail et la quasi-inexistence des soins médicaux. Cette tour à des toilettes en piteux état. Le personnel ne sait donc pas satisfaire ses besoins naturels. Leur centre médical est dépourvu des médicaments, seul le laboratoire fonctionne normalement.

Enfin, les employés de la RTNC fustigent le refus de dialogue de la part de leur DG a.i. Selon eux, Freddy Mulumba n’accorde des audiences qu’aux Directeurs et non aux travailleurs contrairement à son prédécesseur, Feu Ernest Kabila. Le son de cloche du staff dirigeant de cette chaîne est attendu. De son côté, le Ministre de tutelle, Patrick Muyaya, a convié les grévistes à une séance.

Espérons que ces cris de détresse seront attendus par le Gouvernement des «Warriors» et le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.

La Pros.