Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Chronique juridico foncière: deux officiers de l’armée dans l’œil du cyclone !

This post has already been read 780 times!

Elle défraie la chronique judiciaire, cette affaire de spoliation des maisons dans la concession située sur l’avenue Bobozo, n°3, dans la Commune de Ngaliema, à l’UPN. Au cœur  de cette arnaque,  un certain Jiji Manzikala sous l’encadrement de deux officiers supérieurs des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, à savoir,  le Général Basile Mutombo et le Colonel Jonathan Tanga, tous deux occupant  les résidences de leurs victimes notamment,  Dieudonné Mirimo et Hyacinthe Mbuyu Ngoie. Ce dernier est le cousin germain de Joseph Kabila Kabange.

Des sources crédibles nous renseignent que les faussaires sont déjà dans l’œil du cyclone en ce que tous les services réunis, notamment l’auditorat militaire, l’ANR, le CNS, la maison militaire du Chef de l’Etat sont à pied d’œuvre de mettre hors d’état de nuire de cette contrebande d’arnaqueurs des biens immobiliers d’autrui.

Les informations qui glanent notre rédaction renseignent que le groupe de Jiji Manzikala, du Général Basile Mutombo et Colonel Jonathan Tanga ne dispose d’aucun document immobilier et nulle trace de leurs documents ne figure dans l’administration foncière.

Par ailleurs, ils utilisent des moyens financiers conséquents pour s’acheter la conscience dans tous les services y compris la justice civile que militaire, alors qu’ils ne sont ni propriétaires, ni héritiers, ni locataires, sinon un réseau de maffieux à la ramification très inquiétante constitué des enfants et proches des anciens dignitaires du régime du feu Maréchal Mobutu.

Dans ce lot de maffieux qui arnaquent les biens immobiliers d’autrui se trouve une Mme  Suzanne Tambi Tangelo.

Cette dernière, à en croire nos sources,  est sous surveillance des  services pour son implication dans cette entreprise foncière criminelle. Elle ne serait pas seule, elle est en partenariat avec un autre réseau au sein des hommes en uniforme, les magistrats, les avocats et même,   les agents des  services de conservation des titres immobiliers, cadastre.

Ces derniers font disparaître des titres originaux des propriétaires pour en fabriquer des faussetés au bénéfice de ces criminels qui troublent la quiétude des familles.

C’est l’occasion d’interpeller l’actuel ministre des affaires foncières qui est également l’un des fils d’un ancien dignitaire de la deuxième République, à savoir Dominique Sakombi Inongo, d’ouvrir l’œil sur tous ses services et si possible de mettre hors d’état de nuire les malfaiteurs qui causent du tort dans ce domaine aux conséquences judiciaires incalculables.

Dans le cas d’espèce, Jiji Manzikala qui s’est servi d’un jugement RC 114.444 suspensif par le Tribunal a utilisé deux officiers de l’armée notamment le Général Basile Mutombo et le Colonel Jonathan Tanga pour spolier et déguerpir 12 familles qui dorment pour l’instant à la belle étoile.

Dans leur folie de grandeur, il a utilisé Madame Kapinga, huissière indépendante pour exécuter un jugement suspensif par le fait d’un principe en droit qui dit : le Pénal tient le civil en état.

Donc, les familles victimes avaient saisi le Tribunal pour faux et  usage de faux en écriture contre Jiji Manzikala.

 

Cependant, nos sources nous renseignent une fois de plus que le Tribunal de Grande Instance de la Gombe vient de rendre un autre jugement qui rétracte celui exécuté malencontreusement par Jiji Manzikala, lequel jugement RC 119.845 qui stipule par ces motifs : Dit recevable et fondée la présente action en tierce opposition ;

Dit recevable et fondée l’action en intervention volontaire. Rétracte la décision rendue en date du 18 septembre 2017, sous RC 114.444 par le tribunal de céans dans toutes ses dispositions; dit le présent jugement exécutoire nonobstant tout recours et sans caution uniquement en ce qui concerne la rétractation.

Par ce dernier jugement qui rétracte celui rendu par la bande à Jiji Manzikala, remets toutes les 12 familles dans leurs  droits d’occupants et propriétaires incontestés de leurs biens immobiliers.

A ce stade, l’Auditorat militaire est en force de mettre hors d’état de nuire ces deux officiers supérieurs qui ont porté main forte à Jiji Manzikala de nuire aux propriétaires, car, ces deux officiers ont déjà procédé à la démolition, modification et morcellement des parcelles alors qu’ils ont ni titre, ni qualité à le faire.

A l’occasion également, la justice doit poursuivre Jiji Manzikala qui a de ramification et à détruire tous les faux documents méconnus du Journal officiel de la République Démocratique du Congo et même du journal officiel de la République du Zaïre pour lesquels il se sert pour arnaquer les biens immobiliers.

Dans l’entrée temps, des plaintes contre ces deux officiers supérieurs qui ont abusivement utilisés la Police Militaire et la Garde républicaine dans leur entreprise foncière criminelle sont déposées.

Il faut dire que plusieurs officiers militaires, les acteurs politiques, les magistrats et juges et que ces derniers rendent de jugements léonins à la manière décrié par le Chef de l’Etat à Goma, décrédibilisent  l’Etat congolais pour les fameux garanties judiciaires et juridiques attendus des investisseurs et autres promoteurs étrangers.

Mais également, insécurisent totalement le peuple congolais en faisant en sorte que la distributivité de la justice fait un grand défaut et la justice appartient aux plus forts financièrement et ceux qui peuvent utiliser les militaires à leur guise comme dans le cas d’espèce du dossier qui oppose les douze familles déguerpies et Jiji Manzikala.

Cette pratique est le plus grand venin mortel qui détruit la République Démocratique du Congo.

En conséquence, si les congolais sont ainsi malmenés par leur propre justice, par ses propres magistrats, militaires, comment un étranger peut-il faire face à cette entreprise foncière criminelle ?

Nombreux d’ailleurs, dans les affaires compromettantes ont tendance à utiliser abusivement la Présidence de la République comme dans le dossier sous examen, alors que la Présidence de la République n’en maîtrisent ni   les tenants, ni les  aboutissants.

Car,  le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi avait personnellement haussé le ton en tapant du poing sur la table contre toute personne : famille biologique, famille politique, militaire, policier qui commet des bévues à son nom soit mis hors d’Etat de nuire.

D’ailleurs, il  y  va de son honneur et celui de sa famille qu’il entend, à tout prix,  protéger.

Ainsi, tout Manzikala impliqué dans le dossier dont le jugement RC 119.486 vient d’être rendu et sa clique auront à y subir la rigueur de la loi car, la Présidence de la République sur incitation du Président de la République,  s’y attelle déjà et prête sa main forte pour démanteler ce fameux réseau dit Folio.

A son temps, Wivine Mumba Matipa les avait entendus et leurs aveux complets de leurs actions criminelles sur procès-verbal font foi et le dossier est déjà fixé au Tribunal dans lequel le Conservateur de la circonscription foncière de Lukunga Léon Lumbala et le Notaire Bifunu vont comparaître.

De ce qui précède, la justice est mise à rude épreuve.

L’Etat de droit pour lequel le Chef de l’Etat fait son cheval de bataille a du pain sur la planche en vue de démanteler  ce réseau maffieux, nuisible et nauséabond qui implique les fils et proches des dignitaires de la deuxième République.

Dossier à suivre.

Pamela Grâce/CP