Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Insécurité au Nors-Kivu et Ituri /Le RCD/K-ML/Section de Lubero rejette la fausse thèse des ADF/Nalu

This post has already been read 861 times!

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Rassemblement Congolais pour la Démocratie/Kisangani-Mouvement de Libération (RCD/K-ML)/ Section du Territoire de Lubero

La Présidence de la Section du Territoire de Lubero

COMMUNIQUE N°011/RCD K-ML/SL-PS/ MMJ/2021 DU 02 SEPTEMBRE 2021

Le RCD/K-ML, Parti cher à l’Honorable Antipas MBUSA NYAMWISI, Section de Lubero observe avec affliction la situation sécuritaire à l’Est du pays en général et en provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri en particulier ;

Depuis le début des massacres en 2014, le Président national, l’Honorable Antipas MBUSA NYAMWISI avait alerté les autorités provinciales sur un mouvement suspect en province du Nord-Kivu et dénoncé certains officiers des FARDC qui étaient derrière cette organisation criminelle ;

Le pouvoir en place à son temps, au lieu d’exploiter l’information lui livrée, avait plutôt tourné en dérision celui qui avait été informé une semaine avant que le pire n’arrivât en le muselant et en le forçant à l’exile ;

Depuis lors, les massacres se portent très bien et sans coup férir en provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri : les populations sont égorgées, les mamans sont éventrées, les enfants sont pilés, râpés, saucissonnés, tronçonnés, charcutés,… sous l’œil impuissant de l’armée, la MONUSCO et les autorités politiques du pays ;

Le RCD/K-ML/Section de Lubero, fier de l’alternance au sommet de l’Etat à l’issue des élections de 2018 avait espéré à la fin des massacres et de l’insécurité à l’Est du pays au regard des déclarations de bonnes intentions  du Chef de l’Etat et à la même occasion, avait salué le rapprochement de la présidence de la République avec son leader qui a permis son retour au pays ;

32 mois après depuis l’alternance au pouvoir, la situation ne fait que s’empirer : les mêmes troupes de l’armée accusées de complicité avec l’ennemi opèrent sur le lieu, les officiers dénoncés depuis 2014 par le président national du RCD/K-ML, les victimes sur le lieu, les différents rapports des experts indépendants et des Nations Unies continuent jusqu’à aujourd’hui à diriger les opérations de traque des supposés ADF/Nalu ;

Les récentes déclarations du Chef de l’Etat, selon lesquelles il y a l’omerta entretenue avec soins par certains éléments de l’armée et qu’au lieu de 21 000 militaires prétendument présents sur la ligne de front il y aurait plutôt 10 000, avaient donné une lueur d’espoir aux orphelins, veufs, veuves, handicapés physiques, tous genre de victimes des massacres et toute la population de ces deux provinces ;

Aujourd’hui, deux mois plus tard, aucune décision n’a été prise, aucune enquête sérieuse n’a été menée en rapport avec le constat traumatisant du Président de la République, à part l’enquête qui a été diligentée par cet officier dont le nom figure dans les rapports des différents experts indépendants et qui, depuis le début des massacres a été nommément cité par les victimes ;

Par ailleurs, il a été décrété une circonstance exceptionnelle de l’état de siège que la population a accueillie avec espoir que son salut viendrait même de cette réduction de ses droits les plus fondamentaux ;

Malheureusement, il s’est révélé que ce sont les mêmes gens figurant dans différents rapports qui animent les institutions dans cette partie concernée par la mesure ;

Ainsi, la situation est restée alarmante jusqu’à ce que trois mois après, des convois ont été institués par les animateurs de l’état de siège sur des tronçons qui ne posaient pas encore problème avant cette circonstance exceptionnelle ;

Le RCD/K-ML/Section de Lubero constate que l’état de siège constitue un couloir pour les égorgeurs qui, profitant du musèlement et de l’immobilité à laquelle sont condamnées les populations victimes des massacres depuis 7 ans, trouvent leur proie déjà bien encerclée sans jamais oser s’échapper ni crier au secours ;

Le RCD/K-ML/ Section de Lubero, tout en présentant ses compassions à toute la population du Nord-Kivu et de l’Ituri victime de l’insécurité depuis plus de 7 ans, note à partir du récent incendie de 16 véhicules et une importante perte en vies humaines en plein convoi dirigé conjointement par les FARDC et la MONUSCO en date du 1er septembre 2021, que le convoi tel qu’institué a pour mission de rassembler les véhicules et populations au même endroit, les isoler et ainsi d’alléger la tâche aux bourreaux qui, désormais, n’ont pour efforts à fournir que de retirer la hache ou machette de la crâne de la victime découpée en morceaux.

AU REGARD DE CE QUI PRÉCÈDE, LE RCD/K-ML/SECTION DE LUBERO RECOMMANDE:

  1. A la MONUSCO

De s’auto-évaluer par rapport à sa mission de protection des populations civiles, selon différentes résolutions du Conseil de sécurité des Nations-unies, qui une énième fois viennent de périr dans un convoi escorté par elle ;

De reconnaître sa responsabilité dans tout ce qui se vit dans les deux provinces depuis 2014 car s’étant abstenue d’agir pour sauver des vies humaines alors qu’elle en a les moyens et la capacité ;

  1. Au Gouvernement congolais

De prendre la question de l’insécurité à l’Est au sérieux et reconnaître publiquement et officiellement qu’il y a un génocide des populations locales plus particulièrement les Yira, planifié depuis le Rwanda en complicité avec certains officiels congolais en faveur des populations rwandaises en quête des terres ;

Reconnaître l’échec de l’état de siège qui apparaît actuellement comme un plan ayant été conçu non seulement pour exécution et finalisation du génocide mais aussi de la balkanisation du pays ;

De cesser de publier et de médiatiser des messages ne reflétant pas la réalité sur le terrain ; de relever tous les services chargés des renseignements (militaires et civils) ainsi que toutes les troupes dans les deux provinces y compris la chaîne de commandement jusqu’à l’Etat-major général dont les récentes enquêtes viennent de révéler un rôle déterminant dans le détournement des fonds alloués aux opérations ; à défaut de démilitariser toute la région et laisser les populations se prendre à charge au lieu de rester dans les illusions d’être protégées par une armée alors que c’est elle-même qui est complice de leur malheur ;

  1. Au RCD/K-ML

De suspendre sa participation à l’Union sacrée « pour la nation » qui, en réalité, est une union contre la nation au regard du fait qu’elle semble avoir d’autres priorités que la sécurité à l’Est, ce qui est contraire à l’idéologie même du parti découlant de sa devise « Dieu, le Congo et la loi » ; à défaut,

De suspendre sa participation aux actions politiques au sein des institutions et de rentrer à la base afin de compatir avec celle-ci;

  1. A toutes les personnalités politiques, membres de la communauté en voie de disparition de se mobiliser derrière la vérité sur les vrais tueurs et au rejet de la fausse thèse des ADF/Nalu ;

D’abandonner nos couleurs politiques et de nous unir comme un seul homme contre cet ennemi commun pour dénoncer d’une même voix et sans peur devant toutes les instances régionales et internationales ;

D’exercer ensemble la pression sur le pouvoir en place afin qu’avec lui, nous soyons unanimes sur la vraie identité de l’ennemi, sans laquelle nous ne saurons espérer à la paix.

Le RCD/K-ML/Section de Lubero en appelle ainsi à la conscience collective car la communauté Yira dont nous nous réclamons tous est en voie d’être exterminée et notre silence sera jugé comme acte de participation à notre propre extermination.

Fait à Lubero, le 03 septembre 2021

Pour le RCD/K-ML/Section du Territoire de Lubero

Maître MBUSA MACHOZI Joseph

Président sectionnaire