Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Lettre d’un parent à son jeune enfant/(Par Wina Lokondo, Mbandaka, RDC)

Lettre d’un parent à son jeune enfant/(Par Wina Lokondo, Mbandaka, RDC)

This post has already been read 660 times!

Mon cher enfant bien-aimé,

Je t’invite à donner actuellement priorité à tes études. Apprends avec détermination et aie une bonne formation dans le domaine de ton choix. Lis à tout moment, en tout lieu et choisis de bons textes. Consulte chaque fois le dictionnaire : il te donne des petites réponses sur toutes les matières et te permet de connaître la signification exacte des mots et ainsi d’enrichir ton vocabulaire. Fréquente régulièrement les bibliothèques et les librairies. Une lecture abondante et continuelle augmente tes connaissances et t’amène à bien écrire. Le savoir libère de la superstition et facilite la compréhension de la vie moderne. Élargis ta culture générale en consacrant, chaque jour, quelques minutes de ton temps à suivre les informations à travers les médias (presse écrite, radio, télévision, Internet).

Je te demande aussi de faire preuve de bonnes manières, d’avoir un comportement digne partout où tu es. Respecte toute personne – qu’elle soit riche ou pauvre, de grande ou de petite taille, aînée ou cadette – ainsi que les lois et les institutions du lieu où tu vis. Sois généreux et sociable, comme Dieu nous le demande : tu peux prêter, mais prends aussi plaisir à “donner” et à rendre gratuitement service. Sacrifie-toi pour les bonnes causes notamment, humanitaires. Exprime, par la parole et le geste, ta reconnaissance envers toute personne qui t’a aidé. Rends ton aspect physique agréable : veille à la propreté de ton corps et habille-toi normalement.

Evite de toucher à la drogue. Elle peut gravement te conduire à une dégradation physique, intellectuelle et sociale. Ne fréquente pas les endroits où on la consomme. N’envie pas les biens d’autrui et ne vole pas ; contente-toi de ce que tu as pour le moment. Travaille : ton effort te donnera, tôt ou tard, tout ce que tu désireras. Ne sois pas capricieux. Partout où tu es et pour ne pas te compliquer la vie, et sauf problème particulier de santé, mange ce qui est disponible, ce qu’on te donne.

Aie le sens de l’honneur et ne donne pas un prix à ta dignité. Toute mode ni toute personne célèbre n’est pas systématiquement à suivre ni à imiter. Ne suis pas non plus aveuglément le point de vue de la majorité, car elle peut se tromper : ce n’est pas parce que les gens sont plus nombreux à penser d’une même façon qu’ils ont raison.

Donne ton opinion avec conviction, après vérification et un jugement personnel mûri, sur tout ce qui se passe et sur tout ce qui se dit. Mais soumets-toi, comme le veut la démocratie, à la décision de la majorité – bien que tu ne l’approuves pas – prise après que tu le monde ait librement parlé et un vote correctement organisé.

Sois tolérant, humble : accepte la différence sociale, physique et intellectuelle ; tout le monde ne peut pas avoir ta condition de vie, ta morphologie, la couleur de ta peau ni tes capacités ni la même croyance religieuse ou philosophique que toi. Aime le débat contradictoire, car il éclaire et enrichit intellectuellement. Et les mots doivent être tes seules armes pour ce combat idéel. Exclus de ta vie l’injure, la bagarre, le mensonge, l’hypocrisie et refuse la facilité ainsi que la paresse, causes de beaucoup de mauvais comportements. Donne-toi ainsi une rigueur de vie personnelle.

Enfin, tu es lié, par mon sang, avec toutes les autres personnes de ma famille. Ta relation avec elle est sacrée. La famille est le refuge naturel, l’abri de sécurité physique et affective, le premier lieu de socialisation où l’on apprend à aimer le prochain et où l’on partage – avec confiance et sérénité – bonheurs, malheurs et secrets. Elle est, retiens-le, la chose qui reste à toute personne quand, par malheur, il lui arrive de TOUT perdre. Sois ainsi solidaire avec les autres membres de la famille. Exerce-toi, dans la mesure du possible, à les aimer, à les aider, à les fréquenter. Pardonne les offenses et déplaisirs subis de leur part. Porte l’honneur de la famille.