Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kinshasa : la population exige des mesures sévères pour lutter contre la drogue ‘’Bombé’’

Kinshasa : la population exige des mesures sévères pour lutter contre la drogue ‘’Bombé’’

This post has already been read 953 times!

‘’Hier Shikata, aujourd’hui bombé’’, c’est le nom de la nouvelle drogue toxique sur le marché Kinois qui fait ravage. Les jeunes de la ville de Kinshasa ne manquent pas d’astuces pour développer des produits nuisibles tant à la santé qu’aux bonnes mœurs, au vu et au su de tout le monde et cela, sans aucune inquiétude.

La substance ‘’Bombé’’, bien qu’existant depuis longtemps, elle n’avait encore pris de l’ampleur comme c’est le cas depuis le mois de juillet de cette année 2021, à travers la ville où, plusieurs jeunes ont été démasqués et attrapés en flagrant délit dans des différents quartiers de la capitale RD Congolaise.

Dans un reportage réalisé par la rédaction du quotidien ‘’La Prospérité’’, plusieurs parents se sont exprimés à ce sujet et ont fait montre de leur désolation. «Je suis parent, mais aussi corps médical. Je défends jusqu’à ma dernière énergie la consommation de ce produit par nos jeunes enfants et même adultes car, celui-ci est d’une composition malsaine et d’un mélange dangereux. Il est notamment composé des produits pharmaceutiques mais aussi traditionnels et au dosage inadéquat, pouvant conduire l’homme à la perte de mémoire ou même à la mort», a laissé entendre un parent.

«Pour moi les jeunes adolescents s’adonnent à cette drogue à cause de son prix sur le marché noir. Avec seulement cinq-cent-francs Congolais, équivalant à 0,25 dollar américain. C’est le prix de cette drogue et est vendue dans différents coins de la capitale, surtout dans les lieux communément appelés Nganda, où sont vendus aussi du chanvre, whisky, Zododo et tant d’autres produits néfastes, et stimulants», a poursuivi ce parent.

«Cette drogue a des graves conséquences sur le fonctionnement de l’organisme de ces consommateurs. Elle affaiblit toutes les parties du corps humain et les personnes qui se droguent, après un certain temps ont un profond sommeil, et peuvent passer plus de dix-heures sans pourtant se réveiller», a-t-elle conclu en demandant à l’Etat congolais de mettre tous les moyens possibles pour lutter contre tous ces genres de drogues qui mettent en péril l’avenir de la jeunesse Congolaise.

Soulignons par ailleurs que depuis la découverte de cette nouvelle drogue, le gouvernement provincial par l’entremise de Gentiny Ngobila a instruit le numéro Un de la Police provinciale, le Commissaire divisionnaire Sylvano Kasongo de faire des enquêtes pour dénicher des points de vente et d’arrêter tous les consommateurs.

Laurette Odia