Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Invité à la Cour d’Appel de Kinshasa Matete/Lisanga Bonganga dénonce la chasse aux opposants et autres acteurs politiques acquis au changement

Invité à la Cour d’Appel de Kinshasa Matete/Lisanga Bonganga dénonce la chasse aux opposants et autres acteurs politiques acquis au changement

This post has already been read 2371 times!

‘‘…Je vous remercie du fond du cœur pour votre présence notable dans ce magnifique cadre de l’Hôtel FADEN HOUSE, pour vous entretenir sur d’une question d’actualité parmi tant d’autres, qui défraie la chronique dans notre pays. Il s’agit spécialement d’une invitation, qui m’a été adressée dans le cadre d’un dossier, de Rôle du Ministère Public (RMP) pour me présenter à l’Office de Monsieur le Procureur Général près la Cour d’Appel de Kinshasa Matete, devenu, à ce jour, le Parquet de référence du pouvoir en place, pour régler le compte à ses adversaires politiques’’, a-t-il introduit dans son point de presse animé le jeudi dernier à Faden House dans la commune de la Gombe. C’était également pour lui l’occasion de dénoncer ‘‘l’Office de Monsieur le Procureur Général près la Cour d’Appel de Kinshasa Matete, devenu, à ce jour, le Parquet de référence du pouvoir en place, pour régler le compte à ses adversaires politiques’’. Ci-après, l’exposé de Jean-Pierre Lisanga en guise d’introduction à sa conférence de presse. 

République démocratique du Congo

Conférence de presse du Coordonnateur de la Dynamique pour une sortie de crise « Dysoc »

Mesdames et Messieurs de la presse, défenseurs attitrés de la liberté d’opinion et des voix des sans voix, acteurs principaux du quatrième pouvoir dans notre pays où la démocratie est en perte de vitesse, à cause d’un pouvoir aux abois.

Je vous salue au nom de notre peuple clochardisé.

Je vous remercie du fond du cœur pour votre présence notable dans ce magnifique cadre de l’Hôtel FADEN HOUSE, pour vous entretenir sur d’une question d’actualité parmi tant d’autres, qui défraie la chronique dans notre pays. Il s’agit spécialement d’une invitation, qui m’a été adressée dans le cadre d’un dossier, de Rôle du Ministère Public (RMP) pour me présenter à l’Office de Monsieur le Procureur Général près la Cour d’Appel de Kinshasa Matete, devenu, à ce jour, le Parquet de référence du pouvoir en place, pour régler le compte à ses adversaires politiques.

Mesdames et Messieurs de la presse,

Je dénonce l’ingratitude qui s’exprime au travers de l’acrimonie, l’agressivité et les paroles acerbes nous proférées contre nous par DYNAMIQUE POUR UNE SORTIE DE CRISE « DYSOC » des amis, des frères et sœurs avec qui nous avons mené la lutte politique à côté du Docteur Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA d’heureuse mémoire, pour l’instauration d’un véritable Etat de droit dans notre pays. Je dénonce l’intolérance politique qui a élu domicile dans notre pays, œuvre d’un pouvoir titubant, déséquilibré et désespérément à la recherche des béquilles. C’est ce pouvoir qui est à la base de la violence aveugle et gratuite ayant conduit à l’attaque ciblée du siège national de l’ECiDé, un des partis politiques phares de la coalition LAMUKA, incarnée par les Présidents Martin FAYULU et Adolphe MUZITO.

Je dénonce les aigreurs, les rancœurs et les amertumes exprimés à notre égard par certains thuriféraires du pouvoir en place, du fait de notre soutien indéfectible au Président Martin FAYULU, à la Coalition LAMUKA, à la position juste, responsable et clairvoyante des Eglises Catholique et Protestante dans le processus de mise en place de la CENI, plus particulièrement dans l’adoption consensuelle des réformes institutionnelles pour des élections apaisées, transparentes et crédibles. Il y a lieu d’éponger à ce sujet ce qui se prépare pour la province du Kongo Central. Nous dénonçons le deal qui se tramerait entre le pouvoir en place et l’Eglise Kimbanguiste qui exige la réhabilitation du gouverneur Atu Matubuana pour que cette Eglise continue à soutenir la candidature de Denis KADIMA comme Président de la CENI.

Je dénonce la chasse aux opposants et autres acteurs politiques acquis au changement qui soutiennent des opinions contraires au pouvoir en place, notamment celle de s’insurger contre la dictature rampante sous toutes ses formes, par la violation de la Constitution, le projet du glissement du calendrier électoral de 2023, la planification de la fraude électorale, la concrétisation du vieux projet macabre de balkanisation de notre pays, l’insécurité permanente dans les provinces de la partie EST de notre pays. Je dénonce l’instrumentalisation de la justice, la manipulation des Magistrats et autres Auxiliaires de la justice au travers des montages grossiers des dossiers judiciaires vides, aux fins de se débarrasser des adversaires politiques ou candidats redoutables aux échéances électorales de 2023, à tous les niveaux. Je dénonce les affabulations éhontées des officines du parti au pouvoir qui, dépourvues d’arguments pour défendre le bilan de leur gestion du pays, du reste,  négatif, instrumentalisent un groupe de jeunes dits combattants, pour chercher à nous impliquer gratuitement, sans en apporter la moindre preuve, dans les jets de pierre sur le cortège Présidentiel, et dans la distribution des machettes lors de la marche pacifique nationale du 15 septembre dernier.

Je dénonce un montage judiciaire de plus ayant pour but de réduire la DYSOC au silence par le projet en cours d’arrestation arbitraire de son Coordonnateur en notre modeste personne. sans spéculer sur le dossier pour le moins rocambolesque, invraisemblable et découlant des connaissances par ouï-dire qui ne résistent pas à l’examen, le plus élémentaire, Il nous revient de plusieurs sources concordantes et dignes de foi, que le dossier dont question ici, ayant déclenché l’invitation du Parquet Général de Kinshasa-Matete, résulterait aussi d’une plainte déposée par un Colonel, non autrement identifié, relative à la disparition en 2017, de son véhicule entreposé dans une fourrière de l’hôtel de ville de Kinshasa, disparition que le Parquet veut mettre à ma charge.

En tout état de cause, nous nous réservons le droit de saisir la justice, le moment venu, pour imputations dommageables et dénonciation calomnieuse. Si d’aventure, le pouvoir en place cherche à nous pousser à l’exil, il doit savoir que nous n’irons jamais en exil.

Nous ne céderons pas à l’intimidation. Nous allons demeurer au pays, pour continuer le combat et la lutte noble pour le triomphe de la démocratie et de la vision politique du Docteur Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA d’heureuse mémoire. C’est dans ce cadre que nous avons saisi le Secrétaire Général de l’ONU par notre lettre du 15 septembre 2021 relativement à la situation politique et sécuritaire préoccupante en RD Congo. Dans le même élan, nous soutenons la 2ème marche pacifique nationale du 29 septembre courant, organisée par la Coalition LAMUKA. Sur ce, Mesdames et Messieurs de la presse, je vous remercie. Fait à Kinshasa, le 23 Septembre 2021

Jean Pierre LISANGA BONGANGA

Coordonnateur de la DYSOC

Président National de la Convention Chrétienne pour la Démocratie