Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Pendant qu’on est distrait/Les pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu ont déjà encerclé RDC

Pendant qu’on est distrait/Les pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu ont déjà encerclé RDC

This post has already been read 1036 times!

*«Si la Communauté des Nations minimise le danger que représente la propagation du Djihadisme en Afrique, si elle n’adopte pas une stratégie globale et efficace, les plaies ouvertes d’ici continueront à se métastaser jusqu’à faire jonction et devenir une menace réelle pour la paix».

Tenus le mardi 21 septembre 202 à New York à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la 76ème  session de l’assemblée générale des Nations Unies, ces propos de Félix Tshisekedi semblent laisser de marbre les Congolais plutôt attentifs à des sujets moins importants. C’est dans les mêmes circonstances que le Chef de l’Etat s’est exprimé sur l’état de siège. “C’est pour cette raison que le Gouvernement de la République Démocratique du Congo maintient et amplifie la pression sur les groupes armés et leurs complices et que l’état de siège ne sera levé que quand les circonstances qui l’ont motivé disparaîtront”, a-t-il renchéri. Certains compatriotes ne décolèrent pas…

Ce cancer djihadiste atteint la RDC au moment où le voisinage du pays vit une présence insolite des puissances mondiales. Tenez !

– en République Centrafricaine, les Russes sont en train de damner le pion aux Français.

– au Congo-Brazzaville, les Chinois bousculent l’emprise des Français.

– en Angola, les Chinois et les Russes confortent leur position d’avant la  Perestroïka.

– en Zambie, les Chinois bousculent les Anglais.

– en Tanzanie, les Chinois ” règnent “.

– au Burundi, les Français ont encore pignon sur rue.

– au Rwanda (où ils tentent un retour forcé), les Français sont à la traîne devant les Américains et les Britanniques.

– en Ouganda, les Américains et les Britanniques se partagent l’espace avec la Chine.

– au  Soudan du Sud, les Américains s’imposent.

Finalement, autour de la RDC, les cinq puissances membres du Conseil de sécurité de l’Onu, en l’occurrence – cités par ordre alphabétique – la Chine, les États-Unis, la France, la  Grande Bretagne et la Russie, se livrent à une bataille des tranchées qui  vise ouvertement RDC et qui  doit inquiéter Kinshasa.

Mais, de tous ces cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, la Chine se place en tête des investissements en Afrique.

Dans sa livraison du 23 septembre 2021, Jeune Afrique Economie annonce en titre : ” Algérie, Côte d’Ivoire, Mali : malgré le Covid, la Chine a engagé 11 milliards de dollars sur le continent “. Le journal signale : ” _En dépit de la pandémie de Covid-19 et de ses terribles conséquences sur l’économie, les sociétés chinoises ont signé des contrats pour une valeur de 11,2 milliards de dollars en Afrique depuis mars 2020″.

Personne n’est au courant

On a l’impression que le fameux Berlin II est en train de s’organiser non seulement à notre insu, mais surtout en notre absence. Exactement comme en 1885.

C’est à croire même que 136 ans après Berlin I, les Congolais de l’ex-Léopoldville restent distraits, rivés qu’ils sont à la distraction.

La preuve ? Ce drôle d’affaire d’exploitation des ressources minières par des puissances sinon des multinationales étrangères. Dans son discours à l’Onu, Félix Tshisekedi a crié sa colère du haut de la tribune des Nations Unies en recommandant des sanctions sévères et exemplaires “contre tous les réseaux mafieux, qu’il s’agisse de pays de transit ou de destination, ou encore contre les multinationales qui exploitent illégalement les minerais de mon pays et alimentent en change les groupes armés en armes et munitions pérennisant ainsi le conflit en République Démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs”.

Ce qu’il y a de sidérant, c’est que des étrangers débarquent dans une contrée du Congo, particulièrement à l’Est, se mettent à exploiter de façon semi-industrielle les minerais du Congo sans que personne à la base n’en sache quoi que ce soit : ni les chefs du village, du groupement et du secteur, ni l’administrateur du territoire, encore moins l’appareil sécuritaire local et pire la société civile n’en sont au courant !

Il aura fallu qu’un confrère camerounais, Alain Foka de Rfi-France 24, vienne nous le dire en se limitant, lui, aux Chinois, pendant que des exploitants américains font la même chose…

Nous sommes occupés par le théâtral

C’est quoi, la réalité ? La réalité se situe non dans nos têtes mais sur nos têtes via la bataille de l’espace autour de la télédétection. Une “discipline scientifique qui regroupe l’ensemble des connaissances et des techniques utilisées pour l’observation, l’analyse, l’interprétation et la gestion de l’environnement à partir de mesures et d’images obtenues à l’aide de plates-formes aéroportées, spatiales, terrestres ou maritimes”, affirme la science.

Berlin II est non pas à nos portes, mais sous nos yeux. Elle se dessine avec notre “consentement” sans cependant notre approbation.

Ceux qui maîtrisent la télédiction savent où se trouvent les meilleurs gisements de notre (?) pétrole, de notre (?) diamant, de notre (?) coltan, de notre (?) cobalt, de nos (?) eaux, de nos (?) terres arables, de notre (?) bois, de notre (?) uranium…

Que faisons-nous pendant que ces puissances nous ceinturent, nous prennent en sandwich comme si elles se livraient à une battue, et nous RDC la proie après laquelle courent des ” chiens ” stipendiés ?

La réponse est dans ce à quoi nous portons le plus notre attention : à l’époque de Berlin I, nous étions occupés à chanter, à danser, à boire sur fond des guerres dites ethniques, tribales, fratricides. Et voilà qu’à l’heure de ” Berlin II “, nous sommes occupés à donner prioriter au théâtral.

Au propre comme au figuré.

Omer Nsongo Die Lema/CP