Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Décision de l’Assemblée Générale /Verckys Kiamuangana, Blaise Bula, Adricha Tipo Tipo et Balufu chassés de la SOCODA !

Décision de l’Assemblée Générale /Verckys Kiamuangana, Blaise Bula, Adricha Tipo Tipo et Balufu chassés de la SOCODA !

This post has already been read 533 times!

A l’instar de l’élection de nouveaux membres de son Conseil d’Administration, la dernière Assemblée Générale Ordinaire de la Société Congolaise des Droits d’Auteur et des Droits Voisins tenue le 25 septembre 2021, a statué sur plusieurs sujets importants pour permettre à la coopérative de fonctionner, cette fois-ci, avec de nouvelles  bases pour l’intérêt des  artistes.

Le dossier disciplinaire a été également retenu parmi les sujets brillants à l’ordre du jour. D’où, les sociétaires ont saisi l’occasion pour examiner le cas des membres qui se sont mal comportés. Conformément au statut et au règlement de la coopérative, au moins cinq cas ont été délibérément soumis à l’examen par l’Assemblée qui  s’est prononcée et a infligé certaines sanctions sévères aux rebelles et vautours.

Après débat et délibération, l’Assemblée a décidé d’exclure définitivement les membres de la SOCODA qui se sont méconduits par rapport à leur comportement de violence et autres abus qui ternissent l’image et entravent  la bonne marche de la société.

Certains ont été exclus à cause de leurs actes de bavures, détournement et autres allégations qui sont répréhensibles dans le règlement de la structure.

Qualifiés de brebis égarés, d’autres rebellés ont été chassés pour avoir privilégiés leurs intérêts personnels auprès des partenaires nationaux et internationaux au détriment  de la SOCODA qui aspire à l’amélioration de la situation des droits créateurs des œuvres de l’esprit en RDC.

Parmi les persona non grata, on cite le doyen Verckys Kiamuangana Mateta,  Blaise Bula, Adricha Tipo Tipo, Mbaki Socrate et Kanyinda Balufu.

L’Assemblée général a pris le soin de justifier sa décision de suspension sur base des éléments probants et autres preuves qu’elle considère comme des pièces de conviction sur chacun.

Pour ce qui concerne le doyen Verckys Kiamuangana, les sociétaires ont soulevé plusieurs griefs contre l’ex-PCA. Entre autres, l’Assemblée lui reproche d’avoir transformé la SOCODA à une boutique privée pendant son règne à la tête du Conseil d’administration. Il s’est comporté en seul maître suprême qui ne voulait rendre compte à personne. Chose grave, le saxophoniste a excellé dans la ‘‘megestion, le détournement et surtout la falsification de l’ancien Statut de la société, la contrefaçon des signatures, du logo et  autres et documents secrets de la SOCODA’’.

Selon un rapport du Conseil de surveillance de la coopérative, l’ex-PCA a été même auteur du scandale sur les comptes bancaires fictifs créés au nom de la coopérative dans plusieurs banques du pays.

Après sa démission, révèle ce rapport,  Kiamuangana avait initié une correspondance à la FEC pour compromettre les droits des artistes auprès des partenaires et autres assujettis. Parmi les allégations s’ajoutent, la destruction méchante des bureaux de la SOCODA dans la commune de la Gombe. La même charge pèse sur le disquaire Socrate Mbaki, qui avait participé dans l’opération d’escalade du bâtiment de la Société par l’ex-PCA et sa bande.

Par ailleurs, l’ancien administrateur Adricha Tipo Tipo est radié pour avoir porté la main sur son collègue et ainé, Ben NYAMABO lors d’une réunion du Conseil d’administration, quelques jours avant sa mort.

Tandis que le chanteur Blaise Bula a été retiré de la liste des adhérents pour avoir engagé un conflit d’intérêt entre la SOCODA et son entreprise  BWBMV, nouvellement créée dont la mission serait similaire à celle de la SOCODA, qui, jusqu’à preuve du contraire, est l’unique société à avoir le monopole de percevoir et repartir les droits des artistes en RDC.

Pour les Coopérateurs, la société BWBMV risque d’alimenter non seulement un conflit d’intérêt mais aussi de créer une confusion à la longue.

De son côté, le cinéaste Balufu Kanyinda a été  chassé pour avoir mis en place une structure concurrente appelée ADACO (Administration des Droits d’Auteur au Congo). Il lui est reproché surtout de combattre et de colporter des informations contre la SOCODA à la SABAM (Société Belge des Auteurs ; compositeurs et éditeurs de Musique).

Conséquence : la SABAM a résilié son contrat avec la SOCODA alors que la firme belge avait mandat de collecter les droits pour les œuvres de congolais dans 59 pays au monde. Et, cela au profit de l’ADACO dont Balufu joue le rôle du Président du Conseil d’administration. Une position qui n’est pas acceptable  dans le règlement de la SOCODA.

Il faut noter que la décision d’exclure définitivement ces artistes ne porte aucune influence de Nyoka Longo qui vient d’être élu nouveau Président du Conseil d’administration de la coopérative mais elle a été prise par l’Assemblée générale, en appliquant les  règles de la loi.

Toutefois, ces artistes révoqués ne peuvent plus jamais engager la SOCODA auprès des tiers. Mais, ils ont aussi droit à un recours au niveau du Conseil, conformément à l’acte uniforme de l’OHADA.

Jordache Diala