Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

11 ans après la publication du Rapport Mapping/Sandra Bashengezi ne jure que par la mise en place du TPI/RDC pour punir les criminelles

11 ans après la publication du Rapport Mapping/Sandra Bashengezi ne jure que par la mise en place du TPI/RDC pour punir les criminelles

This post has already been read 558 times!

 Voilà 11 ans, jour pour jour, qu’a été publié le Rapport Mapping, un rapport dénonçant les personnes ayant commis des crimes en publiant leurs noms. Par ce rapport, Sandra Bashengezi parle de l’histoire d’une femme violée dans son enfance, assistant impuissamment au massacre de sa famille dans un court métrage intitulé ‘’Survivante’’. Profitant du 11ème anniversaire de ce rapport, elle a lancé un vibrant appel à la communauté internationale pour la mise en place d’un Tribunal Pénal International pour la République Démocratique du Congo pour juger toutes les personnes citées dans ce rapport. Elle a insisté dans un message rendu public le 1er octobre que seul le jugement de ces personnes pourra soulager les victimes.

La réalisatrice du film ‘’Survivante’’ est montée au créneau le vendredi 1er octobre, à l’occasion du 11ème anniversaire de la publication du Rapport Mapping pour fustiger l’impunité des auteurs de ces crimes graves, alors qu’ils sont tous connus. Entre-temps, les victimes ne sont pas indemnisées.

«A la publication de ce rapport en 2010, une lueur d’espoir avait surgi pour la fin de l’impunité des auteurs des crimes commis en RDC, principalement dans l’Est du pays. Onze années plus tard, les auteurs restent impunis. Plus de deux décennies d’horreurs vécues, pas de mécanismes nationaux, ni internationaux mis en place pour traquer, juger et condamner les auteurs. Il y a une année, nous avons réalisé le film fiction ‘’Survivante’’ pour dénoncer cela, l’impunité du viol comme arme de guerre, des crimes graves commis sur des populations de l’Est de la RDC. Nous pensons qu’il est temps pour la communauté internationale d’aider le peuple congolais à accéder à la réparation. Pour cela, nous soutenons le plaidoyer pour la mise en place d’un tribunal pénal international pour le Congo», écrit-elle dans son message. Dans son document intitulé Message à l’occasion du 11ème anniversaire du Rapport Mapping, l’expert journaliste réalisatrice Sandra Bashengezi souligne que le moment est venu pour la communauté internationale d’aider le peuple congolais à accéder à la réparation.

«Pour la mémoire des filles et femmes violées, des personnes massacrées dans l’Est de notre pays, nous demandons justice et réparation », conclut la réalisatrice du film-fiction ‘’Survivante’’. Selon cet expert journaliste réalisatrice, cette juridiction spéciale devra se charger de punir les coupables et permettre aux victimes d’obtenir réparation.

Le Rapport Mapping a été publié en 2010 et recense les violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003 sur le territoire congolais.

Le rapport établit également les responsabilités sur ces crimes tant au niveau national qu’international. Plusieurs personnalités ont été citées dans ce Document. Le court métrage ‘’Survivante’’, réalisé par Sandra Bashengezi parle de l’histoire d’une femme violée dans son enfance, assistant impuissamment au massacre de sa famille. Elle a réussi à surmonter ces dures épreuves et a lancé une bataille pour la justice et la fin de l’impunité des violences sexuelles. La réalisatrice s’est inspirée des faits réels pour produire ce film.

Quid sur le film

Le projet du film ‘’Survivante’’ de Sandra Bashengezi est mis en place en collaboration avec l’organisation Journalistes pour la Promotion de la Démocratie et des Droits Humains (PDDH), l’Ecole Technique de Journalisme (ETJ) , l’Institut Supérieur de Journalisme et Communication (ISJC) et l’organisation internationale Journalists for human Rights (JHR), dans le cadre de lutte contre l’impunité des viols et autres crimes graves commis en RDC.

Ce court métrage intitulé ‘’Survivante’’ est une voix pour les femmes victimes des violences sexuelles et des crimes graves commis en République démocratique du Congo ces vingt dernières années. S’inspirant de la réalité, ce film parle de l’histoire d’une femme, Amina. Violée dans son enfance et assistant impuissamment au massacre de sa famille, elle a pu se relever pour se battre pour la justice et la fin de l’impunité des violences sexuelles qui trônent au pouvoir sans être inquiété.

Jules Ntambwe