Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Choix du président de la CENI /Le CALCC et le MIPRO s’invitent au débat 

Choix du président de la CENI /Le CALCC et le MIPRO s’invitent au débat 

This post has already been read 1270 times!

C’est à l’issue de la séance plénière du 30 septembre 2021 que le Président  Mboso N’kodia, président de l’Assemblée nationale avait accordé une dernière chance aux chefs de confessions religieuses de se réunir en vue de trouver une cohésion dans le choix du président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni), pour la préparation des échéances du processus électoral de 2023 qui pointent déjà à l’horizon.

C’est par un appel que le Comité de l’Apostolat des Laïcs Catholiques ( CALCC) et le Ministère des Laïcs Protestants (MIPRO) ont voulu  faire savoir au président de l’Assemblée  nationale qu’une démarche  judicaire est déjà amorcée au niveau  du Conseil d’Etat, concernant  l’interprétation  qui devrait être fait dans le cadre des élections du président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, dont la responsabilité incombe aux confessions religieuses.

Ces articles en interprétation sont 10 et 12, dont le libellé de l’article 10 stipule que : ‘’les confessions  religieuses et les organisations de la société civile concernées  pour la désignation du président de la Commission Electorale Nationale Indépendant, sont  celles ayant  la personnalité juridique, une existence effective sur le terrain et une expertise  et une expérience avérée en matière électorale’’.

En outre, cette désignation  concerne également la prise en compte de l’article 12 qui mentionne que : ‘’le profil  des membres de la Ceni, la règle pour  l’invitation des composantes  par le bureau  de l’Assemblée Nationale  à  procéder  à la désignation des membres  de la Ceni, conformément à  l’article 10’’.

De ce qui précède, le Comité de l’Apostat des Laïcs Catholiques et le Ministère des Laïcs Protestants ont profité de la mise au point faite le 1er octobre pour éveiller l’attention du Président  de la République, de deux chambres du parlement, des chefs des confessions religieuses concernées , mais également, la communauté tant nationale qu’internationale au sujet de la désignations du président de la Ceni, qui doit se faire en conformité des articles 10 et 12 de la constitution.

Landry Lumbwe