Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Assemblée nationale : Christophe Mboso et Michelle Ndiaye discutent de la mise en place du Parlement africain

Assemblée nationale : Christophe Mboso et Michelle Ndiaye discutent de la mise en place du Parlement africain

This post has already been read 400 times!

Au cours de la seconde audience de ce mercredi 6 octobre, le président de l’Assemblée nationale a eu des discussions avec Mme Michelle H.N. Ndiaye, représentante spéciale du président de la Commission et cheffe du bureau de liaison de l’Union africaine en RDC.

Avec la cheffe du bureau de liaison de l’UA en RDC, le président de l’Assemblée nationale a abordé des sujets de la présidence en exercice de l’Union africaine ainsi que le rôle des parlements dans la mise en œuvre de cette présidence en exercice.

« Il y a énormément d’instruments juridiques de l’UA qui sont d’une importance capitale pour la RDC ainsi que pour toute l’Afrique. Nous avons également discuté de la ratification par la RDC de différents instruments juridiques et aussi de l’actualité en RDC », a déclaré Michelle Ndiaye au sortir de l’audience.

S’agissant de la vision de l’UA, la question a été abordée sous l’angle de la perspective de savoir comment les différents parlements doivent se mettre ensemble pour jouer un grand rôle afin que le parlement africain ait un pouvoir législatif.

Pour le moment, a-t-elle précisé, c’est un pouvoir de conseil, c’est important, bien sûr, le rôle de la présidence en exercice et le plaidoyer qu’il y a à mener autour de cette question qui n’est pas facile à régler, parce qu’il y a des questions de souveraineté des Etats. Donc, il est important de recueillir la voix du président de l’Assemblée nationale qui a enfin mené un plaidoyer.

De son côté, le président Mboso s’est dit favorable à cette démarche, mais c’est un combat de longue haleine.

Pour qu’on y arrive, a conclu Mme Ndiaye, il importe d’avoir un parlement africain sérieux qui délibère au niveau continental tout en gardant, bien sûr, les parlements nationaux, avec leur force au niveau national et au niveau d’élaboration des lois, mais aussi l’intégration de cette domestication des instruments juridiques au niveau continental.

(Avec la Cellcom. Ass. Nat.)