Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Guerre entre les musiciens et les combattants /Jordache Diala : ‘‘Werrason n’a pas tout dit à la presse au sujet de l’annulation de son concert à Paris’’

Guerre entre les musiciens et les combattants /Jordache Diala : ‘‘Werrason n’a pas tout dit à la presse au sujet de l’annulation de son concert à Paris’’

This post has already been read 2034 times!

L’annulation du spectacle de l’artiste musicien congolais Werrason alias le Roi de la forêt au Zénith de Paris fait couler encore et toujours encre et salive dans le monde musical à Kinshasa et à l’extérieur du pays. Au cours d’une conférence de  presse tenue le week-end dernier dans la capitale congolaise, le leader du groupe Wenge Maison MM a déclaré que la raison évoquée par la préfecture de police de Paris pour justifier la décision d’annuler * son concert n’est pas fondée. Sur ce, le Roi de la forêt a promis de porter une plainte contre la police française.

Pour la star congolaise, il s’agit  d’un complot manigancé par une main noire soutenue par un groupe de personnes en Europe pour nuire à sa carrière musicale et surtout empêcher son retour fracassant sur la scène européenne.

«Dire que le spectacle de Zénith ne peut pas avoir lieu pour des raisons sécuritaires n’est qu’un prétexte. Je connais la force et la capacité  de la police française en  matière de sécurité des personnes et de leurs  biens. Elle a tous les dispositifs, moyens et tactiques pour maitriser la situation, quelle que soit  le débordement du public  qui pouvait  arriver  pendant le concert », a martelé le Roi de la forêt devant la presse locale.

Il faut rappeler que l’arrêté signé par la préfecture de police avançait l’insécurité comme raison majeure pour annuler le concert de l’artiste congolais sur le sol parisien.

Qu’à cela ne tienne, certains analystes dans le milieu culturel à Kinshasa ont  également révélé encore d’autres raisons qui soutiennent la position des autorités françaises contre le rendez-vous de Zénith de Paris.

Dans un entretien accordé au site kinois Arts.cd, Jordache Diala,  journaliste-chroniqueur culturel patenté  au quotidien La Prospérité, renseigne que la plus grande erreur de Werra est d’avoir laissé à ses fans kinois de manifester devant le siège du Centre européen de visa (ex-Maison Schengen) à Kinshasa pour faire pression sur les autorités françaises en vue de leur accorder les visas.

«Il y a plusieurs raisons derrière cette annulation que beaucoup de mélomanes oublient parfois. Certes, les revendications des opposants congolais de la  diaspora appelés ‘‘combattants’’ ne sont pas que politiques. Il y a aussi des raisons liées  aux relations humaines. Nos musiciens en savent quelque chose. Nombreux ont pris les femmes d’autrui en Europe. Ils ont engrossé  les petites filles des compatriotes de la diaspora. D’autres mêmes sont à la base des divorces de plusieurs couples en France, Belgique et Angleterre. J’ai reçu plusieurs plaintes et témoignages contre nos artistes  à ce sujet», rapporte le journaliste Jordache Diala, dans son nouveau livre ‘‘La raison de ma lutte pour le Congo : Combattants et musiciens» qui sort bientôt sur le marché.

L’ingratitude et le non-respect des engagements par certains artistes sont aussi parmi les causes des hostilités entre les combattants et les musiciens.

«Je connais des musiciens qui ont reçu l’argent des dédicaces mais ils n’ont jamais honoré leurs promesses. D’autres ont reçu des vêtements, des voitures en échange des dédicaces dans les chansons. Les musiciens doivent avoir le courage de rembourser et d’honorer leurs engagements signés avec leurs partenaires  dont certains réclament leurs droits aujourd’hui», exhorte le Chroniqueur de musique de La Prospérité.

Ce qui est vrai, renseigne-t-on, les opposants du régime de Kinshasa en France avaient adressé une correspondance aux autorités françaises pour interdire le spectacle de Werrason au Zénith de Paris la Villette.

Ces combattants avaient déjà averti qu’au cas contraire, ils ont promis de manifester devant la salle le jour de l’évènement. Après plusieurs études, la préfecture de Paris a interdit le concert, redoutant des incidents, stipule l’arrêté publié le 20 septembre.

«Je ne pense pas que la décision des autorités françaises soit une raison valable jusqu’à  annuler le rendez-vous. De vous et moi, il est inacceptable que la préfecture puisse se fier  seulement aux revendications présentées par les combattants. Sur le plan diplomatique, cette raison n’a pas sa raison d’être»,  fustige-t-il.

Pour le chroniqueur de musiques, l’effet d’être pro Kabila ou Tshisekedi ne justifie pas le sens de la lutte des combattants. « Les combattants ne peuvent pas continuer à victimiser ou à punir les artistes  congolais parce qu’ils soutiennent un Président X ou Y. Un musicien  comme tout citoyen a le droit de  voter, et peut soutenir n’importe quel projet d’un candidat président de son choix». Cependant, il estime que la voie diplomatique peut être une des pistes de solution pour mettre fin à cette guerre.

Car, la France et la RD Congo entretiennent de très bonnes relations depuis l’arrivée du Président Félix Tshisekedi au pouvoir.

«Il impérieux que le Ministère des affaires étrangères congolais et le Quai d’Orsay convoquent une réunion  au cours de laquelle les parties prenantes (artistes, gouvernement et  combattants) vont se mettre ensemble pour dialoguer et se dire des vérités  autour d’une même table afin d’aboutir à une paix et une réconciliation  sincère. Pourquoi pas se pardonner mutuellement et enterrer la hache de guerre pour l’intérêt général de la république démocratique et surtout pour la promotion de la culture congolaise sur la scène européenne », a conclu le journaliste Jordache Diala.

Espérance Munzadi/Arts.cd