Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

La vérité blesse et dérange /La chanson ‘‘NINI TOSALI TE’’  interdite de toute diffusion en public !

La vérité blesse et dérange /La chanson ‘‘NINI TOSALI TE’’  interdite de toute diffusion en public !

This post has already been read 1577 times!

Zozo machine et Yuma, deux auteurs de la Chanson «NINI TOSALI TE» Considérée comme un cri d’alarme pour les sans voix, la  chanson est soutenue par la majorité du public à Kinshasa, la Commission nationale de Censure des Chansons et des Spectacles (CNCCS) vient d’interdire toute diffusion et présentation du clip vidéo de la chanson «Nini tosali te» du groupe musical MPR (Musique Populaire pour la Révolution). La décision a été signée et rendue, ce 9 novembre 2021, par le Président de cette commission sur ordre du Procureur général.

Selon les autorités congolaises, les auteurs de cette chanson ont violé l’article 6 de l’arrêté ministériel N°225  du 23 août 1967 sur la Commission de censure de la musique. «Nul ne peut fabriquer des matrices de disques chantés sans en avoir préalablement soumis à la commission de censure un enregistrement sur bande et le texte».

Ainsi, tous les directeurs de programme de chaines de télévision et radiodiffusion émettant dans la capitale congolaise ont été notifiés pour mettre fin à l’exécution publique de ladite œuvre musicale sur toute l’étendue du territoire national. Une décision impopulaire, fustigent certains congolais dans l’opinion nationale. Les uns et les autres qualifient cette mesure de l’anti-démocratie dans un pays démocratique où la liberté d’expression est garantie par la Constitution. ‘‘Toute personne a droit à la liberté d’expression. Article 23 : ‘‘Ce droit implique la liberté d’exprimer ses opinions ou ses convictions, notamment par la parole, l’écrit et l’image, sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public et des bonnes mœurs’’.

Dans les réseaux sociaux, les internautes commentent et estiment que cette décision est un coup d’épée dans l’eau. « C’est une erreur grave. Cette mesure prise par les autorités n’est pas opportune pendant que la chanson est partagée comme des petits pains et  fait déjà tabac dans les réseaux sociaux… Dommage que ce chant des jeunes du groupe MPR  est très apprécié et fait jaser ».

Nombreux soutiennent que la  chanson « NINI TOSALI TE ?» décrit sans ambages la situation socio-économique du pays.

Le contenu de cette mélopée bouge les lignes et fait  couler beaucoup d’encres et salives dans les réseaux sociaux où les commentaires vont dans tous les sens.  Les murs et statuts arborent la vidéo de la chanson «Nini tosali te ?».

Pour les uns et les autres, la thématique exploitée par les auteurs de ladite composition constitue un cri d’alarme ou un cri d’alerte.

La profondeur  du message exprimé dans cette chanson fait plus de mal qu’une blessure causé par un couteau.

Très authentique, elle comporte des  phrases interpellatrices et percutantes qui décryptent la situation politique et sociale du pays.

Ce qui est vrai,  les congolais lambda se sont retrouvés sur cette vidéo.  Car, le contexte de la chanson  prouve qu’il y a un problème social très dur qui  touche l’ensemble du  peuple. Depuis le régime de Mobutu en passant par celui de Kabila jusqu’à nos jours, la population croupit dans la misère. La situation  du pays est tellement préoccupante jusqu’à tel point que les jeunes de MPR sortent de leur silence à travers cette chansons qui raconte comment la RDC va mal. Les  politiques font semblant comme si tout allait bien. Or, ce n’est pas le cas.

Dans cette mélopée engagée, les musiciens se sont exprimés sur les réalités quotidiennes et ont dénoncé l’abus du pouvoir, la démagogie…

A la fois mélancolique et vivant, la chanson ‘‘Nini tosali te’’ parle du changement des régimes politiques, la souffrance, le chômage, impunité, injustice sociale. Hélas ! Elle  renseigne que l’alternance  au sommet de l’Etat n’a rien apporté aux Congolais.

En résumé, MPR se fait la voix des sans voix.  Le groupe lance sur un ton poignant le S.O.S de la population envers les autorités.

Drôle de l’histoire, cette chanson qui interpelle la conscience nationale, paraît comme un dérangement dans les milieux politiques du pays. Certains politiciens ont brutalement réagi contre le message  véhiculé par les jeunes talents à travers leur musique.

Chantées en lingala, les paroles de cette mélopée explique : «Balobaki soki Mobutu akeyi, nionso eko changé.  Mobutu akeyi, mais ya grave tomoni te.  Soki Kabila akeyi, nionso ebongi.

Akeyi mais eza kaka compliqué.

Nini tosali te? »

Quid de la gouvernance institutionnelle ?

On peut retenir que le titre utilise l’approche du physicien allemand Albert Einstein qui souligne : «la folie, c’est refaire la même chose, encore, et encore, et toujours; et espérer un résultat différent » !

Par rapport au contexte congolais, la question est faut-il amener le peuple à vivre un résultat différent quand le pays ne change pas de paradigme de gouvernance institutionnelle?

Difficile, en effet, analyse-t-on, d’espérer des résultats différents avec les mêmes méthodes qui catalysent l’incurie, la prédation, la corruption…

Le train de vie des institutions continue à écraser le peuple. Donc en lieu et place d’étouffer la chanson, les dirigeants actuels au pouvoir doivent, par contre, consentir des efforts dans  le but de remonter la pente afin de refonder la RDC avec des lueurs d’espoir après  les 32 ans de Mobutu et les 18 ans de Kabila au pouvoir.

Jordache Diala