Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Mondial 2022 : le verdict sur le dossier RDC-Bénin à la FIFA attendu ce mardi 

Mondial 2022 : le verdict sur le dossier RDC-Bénin à la FIFA attendu ce mardi 

This post has already been read 1073 times!

le dossier qui oppose la RDC au Bénin au sujet d’un changement de trop opéré par le sélectionneur Raul Hector Cuper, dimanche 14 novembre, à Kinshasa, en match de la 6ème et dernière du Groupe J des éliminatoires de la Coupe du Monde, Qatar 2022, sera soumis ce mardi 23 novembre, à un membre de la commission de discipline de la Fédération internationale de football (FIFA), pour examen et décision, indique une correspondance de cette instance sportive adressée aux deux Fédérations.

Au terme de sa défaite à Kinshasa, le Bénin a effectivement introduit son recours demandant à la FIFA de disqualifier la RDC pour des raisons qui sont les leurs. La FIFA qui a bien réceptionné ce recours, a donc notifiée la RDC lui demandant aussi de fournir tout commentaire qu’elle jugerait approprié par rapport à la plainte émise par le Bénin au plus tard le 20 novembre, ainsi que tout document jugé nécessaire. C’est ce que la Fédération congolaise de football (Fecofa) l’a fait depuis vendredi, démontrant que le recours du Bénin qui n’a pas été fait dans les deux heures après le match, est tout simple le fruit d’une intoxication mal placée.

Mais pendant ce temps, les officiels du match qui ont autorisé ces changements supposé de trop selon le Bénin, ont clarifié les choses dans leur rapport, en précisant que les changements de Dieumerci Mbakani pour Jackson Muleka et Ben Malango pour Ngandu ont été tous commandés par le sélectionneur au même moment, soit à la 84ème minute, même si leurs entrées ont eu lieu en deux séquences.

Avec cette précision des arbitres, maître du terrain, la RDC même sans porté aucune explication quant à ce, ne peut jamais être disqualifiée. Il n’y a pas match, la RDC n’a aucun problème. C’est à la FIFA de bien préciser, et recadrer l’applicabilité de cette modification de la loi 3, en prévoyant même des sanctions, d’autant plus que, jusque-là, la loi ne prévoit aucune sanction.

D’ailleurs, dans un passé récent rappelle-t-on, la CAF a déjà fait face à un pareil cas, c’était au match Lybie- Guinée-équatoriale aux éliminatoires de la Can Cameroun 2021 mais qui se jouera en janvier 2022. La Libye, après sa défaite 2-3, avait en effet déposé un recours pour protester contre les changements sur 4 sessions différentes effectués par son adversaire. La CAF avait rejeté cette requête. L’on compte à ce jour environ de ce genre de choses dans cette loi 3 que la FIFA ne sanctionne rien tout. Ils parlent de la jurisprudence.

EG