Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

08 Mars/Bomoyi en couleur : Anaya Sakombi et Anne-Emilie sensibilisent pour un développement efficace de la femme congolaise

08 Mars/Bomoyi en couleur : Anaya Sakombi et Anne-Emilie sensibilisent  pour un développement efficace de la femme congolaise

This post has already been read 1671 times!

Joséphine Bawawana en collaboration avec le collectif des femmes de l’institut de musée national du Congo dirigé par Mme Nelly Mbumba, a organisé une matinée d’échange animée par 3 femmes en l’occurrence Marie Madeleine Kalala, Anne-Emilie et Anaya Sakombi, le vendredi 11 mars dernier.  Sous le thème ‘’quid’’ de la participation de la femme dans la société congolaise, 62 ans après l’indépendance, cet échange a eu lieu dans la salle d’exposition du musée national de la RDC situé dans la Commune de Lingwala.

C’est dans l’idée de booster les femmes à être actives et présentes ainsi que de leur rappeler les rôles qu’elles doivent jouer pour participer au développement de la société sur les domaines auxquels et elles se sentent compétentes pour répondre aux besoins de la communauté auxquelles elles se retrouvent, qu’était organisé ce panel.

Après le mot de circonstance et présentation du collectif Bomoyi en couleur, par Mme Joséphine Bawawana et de mot de bienvenue de la présidente du collectif des femmes de l’institut des musées nationaux du Congo, Nelly Mbumba avec une vibrante animation par la modératrice que ce panel s’est déroulé dans les conditions qu’il fallait. Cette conférence de haut-niveau tenue par les femmes congolaises consciencieuses et soucieuses de voir la femme congolaise atteindre son épanouissement, avait comme objectif de montrer la place qu’occupe actuellement la femme congolaise dans la société. En autre, cette activité avait aussi comme but de démontrer en quelque sorte les efforts que la femme congolais d’aujourd’hui fournissent pour son accompagne ou sa participation auprès de l’homme pour le développement durable de notre cher et beau pays, la République Démocratique du Congo.

A en croire les intervenantes de ce panel, la femme actuelle est très différente de celle d’hier, où l’on voyait beaucoup plus  dans les travaux ménagers qu’aux travaux amenant au développement de la société. La femme congolaise d’aujourd’hui a atteint un niveau très élevé du développement par sa participation dans les différentes structures, des O.N.G, Associations et autres organisations, engageants les femmes à lutter ensemble main dans la main pour tenter de résoudre quelque problème ayant trait aux différentes réalités difficiles que traverse cette femme avec le taux faible en terme d’aide de la part de l’homme ou encore du gouvernement congolais dans ces genres de réalisations. En résumé de leurs interventions, le manque d’unité et de la solidarité sont les causes communes du sous-développement de la femme congolaise et de la participation totale pour l’évolution de la société.

Pour l’assistante de direction Anaya Sakombi, cette rencontre est une activité qui a train à la journée de la femme notamment pour rappeler les 62 ans après l’indépendance quelle est la participation de la femme dans la société en RDC.

«(…)  C’était une activité qui a tourné autour de la journée de la femme notamment mais pour rappeler que 62 ans après l’indépendance, quelle est la participation de la femme dans la société  notamment en RDC. Donc c’était une thématique pour rappeler notre rôle en tant que femme également de justement booster les femmes à être actives et présentent proches des réalités qui engagent leur communauté parce qu’elles ne s’occupent pas c’est des générations à venir qui seront sacrifier », a souligné Mme Anaya Sakombi lors de son interview accordée à la presse, juste après son intervention.

Par ailleurs, Mme Anne-Emilie, se focalise sur l’évolution positive de la femme dans la société congolaise en générale et dans le secteur auquel elle évolue particulièrement. Pour elle, « il est évident de parler de l’évolution de cette femme », ajoutant que, « la femme a déjà atteint un niveau du développement sauf qu’elle n’est pas vraiment soutenue par le gouvernement », pour sa participation totale à l’évolution de la société, a-elle-conclu.

Jonathan Bafumvwa