Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Kinshasa : célébration de la journée de l’Europe autour de la Rumba Congolaise

Kinshasa : célébration de la journée de l’Europe autour de la Rumba Congolaise

This post has already been read 1314 times!

La délégation de l’Union européenne en RDC a célébré ce 9 mai 2022, la journée de l’Europe placée sous un beau symbole, celui de la Rumba, à la Halle de la Gombe. La rumba patrimoine commun de l’humanité, le combat pour la paix en RDC et en Ukraine, la lutte contre les discours de haine et la promotion du vivre ensemble aussi le partenariat UE et RDC, tels sont les points marquants du discours de l’ambassadeur de l’Union européenne en RDC, M. Jean-Marc Châtaigner.

Selon lui, La Rumba est une des plus belles expressions du génie congolais. «C’est bien pour cela que nous avons voulu placer sous son signe le partage et la célébration de ce soir. A travers la Rumba, c’est le Congo que nous célébrons, sa culture populaire, mais aussi le métissage et l’enrichissement de la rencontre avec l’autre», a-t-il déclaré avant de paraphraser le Directeur de l’INA, André Lye Yoka, présent à la cérémonie, qui a joliment résumé cette épopée de la Rumba : « L’histoire de cette musique, c’est celle de croisements multiculturels. C’est l’histoire des chants des piroguiers sur le fleuve Congo, c’est l’histoire du chemin de fer, c’est l’histoire des marins qui viennent d’Europe, qui ramènent des vinyles avec les chansons afro-cubaines. C’est aussi l’histoire des apports de l’Angola, Manuel d’Oliveira, des apports de la Rhodésie – actuel Zimbabwe – avec Isaac Musekiwa, c’est l’histoire du Cameroun, avec Manu Dibango ».

«La paix est le bien de tous et nous ne prendrons aucun repos avant d’être parvenu à elle. Restons fidèles aux principes qui ont guidé notre réponse jusqu’à présent : responsabilité, unité, solidarité, détermination, multilatéralisme. La paix est un patrimoine de l’humanité et c’est comme ça que nous la rétablirons et la préserverons, ensemble», a-t-il poursuivi, tout en fustigeant l’attaque de la Russie sur l’Ukraine et aussi l’insécurité dans l’Est de la RDC.

Pour terminer, M. Jean-Marc Châtaigner a indiqué que l’Europe reste ouverte à travailler avec les autorités congolaises et la société civile pour la promotion d’un environnement politique stable et démocratique, qui ne se résume bien évidemment pas à l’organisation des  élections, mais englobe aussi la protection de tous les droits humains et des libertés fondamentales.

La Pros.

 

Célébration de la Journée de l’Europe

Discours de l’Ambassadeur de l’Union européenne en République démocratique du Congo, M. Jean-Marc Châtaigner
Kinshasa, Institut français, 09 mai 2022
(Seul le prononcé fait foi)
Mesdames et messieurs, cher(e)s invité(e)s, chers ami(e)s,
Na motema mobimba, natombeli bino boyei bolamu pona kosangana na
biso na mokolo mwa esengo ya Lisanga lya mikili ya Poto, Union européenne.

Je suis très heureux de vous accueillir cette année dans ce cadre prestigieux de la Halle de la Gombe pour notre fête de l’Europe. Je remercie la Présidence française de l’Union européenne et en particulier mon ami Bruno Aubert du prêt amical de ces locaux de l’Institut Français pour ce soir. Nous sommes ici pour fêter ensemble le 72ème anniversaire du discours en 1950 du Ministre français des Affaires étrangères, Robert Schuman, discours qui est considéré comme l’acte de naissance de l’Union Européenne. Le jour de l’Europe est le jour où nous célébrons la paix et l’unité de notre Union.

Nous avons choisi de placer cet agréable moment de rassemblement, de convivialité, mais aussi et surtout de célébration, sous un très beau symbole, celui de la Rumba. La Rumba qui a été inscrite le 14 décembre dernier au patrimoine mondial immatériel de l’Humanité. La Rumba qui, selon l’UNESCO, est une partie essentielle et représentative de l’identité du peuple congolais et de ses populations de la diaspora. La Rumba qui est une des plus belles expressions du génie congolais. La Rumba qui comme le disait Johannes Fabian, anthropologue de la culture, est probablement le cadeau le plus spécifique que le Congo ait pu faire au continent africain et au monde. La Rumba « force médiatrice », qui contribue à la cohésion sociale, au vivre ensemble, au dépassement des clivages et à l’épanouissement du peuple congolais. Son élan est lié à ce qu’elle raconte, aux questions difficiles qu’elle permet de poser et d’adresser dans une société, j’ai envie de dire dans toutes nos sociétés, qui ont
tant besoin de poser des mots sur les épreuves et les difficultés traversées : rapports de pouvoir, conflits et inégalités, place des femmes, rôle de l’Etat, relations entre communautés.
C’est parce que la Rumba est une sorte d’allégorie de la résilience congolaise, un antidote puissant face aux errements de l’histoire et des tracas du quotidien, que nous pouvons puiser en elle la force d’agir et de réagir, la force de notre humanité. La Rumba porte un pied de nez aux souffrances dont elle est parfois née pour mieux les conjurer. C’est bien pour cela que nous avons voulu placer sous son signe le partage et la célébration de ce soir. A travers la Rumba, c’est le Congo que nous célébrons, sa culture populaire, mais aussi le métissage et l’enrichissement de la rencontre avec l’autre. Le Directeur de l’INA, André Lye Yoka, dont je salue la présence, a joliment résumé cette épopée de la Rumba. Je le cite : « L’histoire de cette musique, c’est celle de croisements multiculturels. C’est l’histoire des chants des piroguiers sur le fleuve Congo, c’est l’histoire du chemin de fer, c’est l’histoire des marins qui viennent d’Europe, qui ramènent des vinyles avec les chansons afro-cubaines. C’est aussi l’histoire des apports de l’Angola, Manuel d’Oliveira, des apports de la Rhodésie – actuel Zimbabwe – avec Isaac Musekiwa, c’est l’histoire du Cameroun, avec Manu Dibango ! ».
Comment ne pas aussi évoquer ces chansons qui ont marqué la naissance et la vie de votre grande nation, la nation congolaise : « Ata Ndele » d’Adou Elenga, qui prédisait une nouvelle ère politique, « Indépendance ChaCha » de Joseph Kabasele qui portait haut et fort l’inextinguible revendication de liberté et d’indépendance, « Congo moko » de Papa Wemba prônant l’unité de tous les Congolais, « Pont sur le Congo » de Franklin Boukaka qui met en avant l’unité des deux peuples frères, celui de la République démocratique du Congo et de la République du Congo.
Nous aurons donc le plaisir d’accueillir ce soir, une fois évidemment que vous aurez eu la patience diplomatique d’écouter mon discours, deux groupes mythiques de la Rumba congolaise, deux générations réunies, deux rives plus rapprochées que jamais. « Les Bantous de la capitale » qui figurent parmi les premiers orchestres de la République du Congo. Créés en 1959, les Bantous fêtent leurs 63 ans mais n’ont pas pour autant pris leur retraite. Seul orchestre, parmi ceux créés avant les indépendances, qui poursuive toujours son chemin, c’est le groupe historique de la Rumba au Congo-Brazzaville. Le second groupe est « Zaïko Langa Langa », créé ici même 10 ans après les Bantous. Plusieurs musiciens célèbres y ont débuté leur carrière, comme Papa Wemba. Leur style a embrasé la musique des années 70 avec un rythme rapide, funk, caractéristique d’une nouvelle génération de la Rumba et d’une jeunesse congolaise en quête d’émancipation. Nyoka Longo et ses acolytes ont fait danser plusieurs générations dans les mariages, dans les bars dancings et discothèques de « Kin’ la belle » et à travers le pays. Vimba ! Vimba !
Mesdames et messieurs, cher(e)s invité(e)s, chers ami(e)s,

Je souhaiterai maintenant vous parler d’un autre patrimoine commun de l’humanité, sans doute le plus précieux, la paix. Tout simplement la paix.
L’atteindre est difficile et demande des efforts continus, la maintenir et la
consolider ne peuvent jamais être considérés comme des acquis irréversibles. Nous devons la défendre comme la prunelle de nos yeux. Le peuple congolais, tout le peuple congolais, en paye depuis maintenant près de 30 ans le prix tragique. Il sait à quel point la sécurité, la stabilité, l’entente entre tous sont des conditions nécessaires au progrès, au développement humain, à l’aspiration au bonheur de chacune et chacun.
Comme vous le savez, la guerre est revenue cette année en Europe, près de vingt ans après la fin des conflits dans l’ex-Yougoslavie, et plus d’un demi-siècle après que les troupes soviétiques ont défilé dans Prague et Budapest.
L’Union européenne condamne avec la plus grande fermeté l’agression militaire de la Russie contre l’Ukraine. Je veux être très clair devant vous, quand je parle ici de la Russie, je ne parle pas du peuple russe, tout autant victime de cette guerre criminelle que le peuple ukrainien, mais bien des dirigeants qui l’ont provoquée. Nous déplorons les pertes en vies humaines et toutes les souffrances causées par l’agression russe. Cette invasion, injustifiée et injustifiable, viole le droit international et sape la sécurité et la stabilité en Europe. Car la cible de Vladimir Poutine et des dirigeants russes n’est pas seulement l’Ukraine et son intégrité territoriale, c’est bien la stabilité en Europe, et l’ordre mondial fondé sur le respect de l’égalité souveraine des Etats. Les nations du globe ne s’y sont pas trompées qui, à une écrasante majorité, ont soutenu à l’Assemblée générale des Nations Unies la résolution condamnant la Russie. C’est un moment de vérité pour la démocratie et le multilatéralisme.
C’est une lutte entre l’Etat de droit et le feu des armes, entre les démocraties et les autocraties, entre la dignité et la valeur du respect de la personne humaine et un enfer d’agressions sans foi ni loi. L’avenir de l’Ukraine, de l’Europe et dans une ample mesure du monde dépendront très largement de notre capacité à ne pas laisser la Russie violer impunément la Charte des Nations unies et de notre détermination à ne pas céder à ses intimidations et menaces. Je rends hommage aux votes constants de la République démocratique du Congo depuis 2014 pour le respect du droit international et la défense de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique de l’Ukraine.
Cette agression militaire non provoquée et injustifiée de la Russie contre l’Ukraine ne doit pourtant pas nous faire oublier d’autres situations de guerre et de conflit. D’une certaine façon, elle nous oblige à redoubler d’efforts pour y ramener la paix, car on ne saurait admettre en relations internationales, pas plus que dans tout autre domaine, le principe d’un illégitime « deux poids deux mesures ». Dans ce sens évidemment, la crise dans l’Est de la République démocratique du Congo demeure pour nous tous un sujet d’attention majeur,
une préoccupation quotidienne. L’Union européenne comprend et partage la souffrance des populations congolaises dont les droits les plus fondamentaux sont quotidiennement bafoués, à commencer par le droit à la vie et à la sécurité.
Elle condamne également avec la plus grande force les violences exercées par tous les groupes armés, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité commis contre les civils, les violations répétées du droit international humanitaire, l’utilisation du viol comme arme de guerre. Nous appelons les membres de ces groupes et ceux qui les soutiennent à immédiatement cesser leurs violences et à s’engager de bonne foi dans le programme de démobilisation, désarmement, relèvement communautaire et stabilisation proposé par les autorités congolaises. Nous soutenons les efforts indispensables de justice transitionnelle et de reconnaissance des droits des victimes, ainsi que les actions de démantèlement de l’économie de guerre et de lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles congolaises.
Dans les provinces de l’est du pays, l’accès aux populations démunies demeure une préoccupation majeure. L’insécurité freine la réponse humanitaire et limite la protection des civils. La recrudescence des incidents de sécurité est particulièrement inquiétante. En 2021, près de 300 incidents sécuritaires affectant directement des agents humanitaires ou leurs biens ont été notifiés, travailleurs humanitaires ont été tués. Face à cette situation et faute de travail d’enquête sur les attaques dont elle avait été victime, l’ONG Médecins sans Frontières a fermé en mars dernier deux de ses sites d’appui en Ituri. Plus de 5 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays, ce qui fait de la République démocratique du Congo le pays avec le plus grand nombre de personnes déplacées sur le continent africain. En outre, le pays accueille plus de 500,000 réfugiés et demandeurs d’asile. L’insécurité alimentaire est tout aussi inquiétante. 27 millions de congolais sont actuellement confrontés à une insécurité alimentaire sévère et aiguë, ce qui constitue un bien triste record mondial. Pour réduire les besoins humanitaires à long terme, il est donc crucial d’agir ensemble et de continuer à trouver des synergies entre acteurs de l’humanitaire, du développement et de la paix, à travers des approches innovantes. Nous devons accroître nos efforts autour de la mise en œuvre de ce que l’on appelle de façon un peu technocratique « le triple Nexus », c’est-à-dire mieux coordonner action humanitaire, développement et rétablissement de la paix.
Avec nos autres partenaires internationaux, notamment l’Union africaine et les Nations unies, l’Union européenne se tient aux côtés des autorités congolaises pour appuyer la mise en place d’une stratégie intégrée de paix et de stabilité dans l’Est. Nous saluons en particulier l’initiative prise par le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et le Président Uhuru Kenyatta de lancer le 21 avril2022, dans le cadre de l’adhésion de la République démocratique du Congo à la Communauté d’Afrique de l’Est, le processus dit de Nairobi. Ce processus pose les fondations de deux piliers aussi indispensables l’un que l’autre, un pilier politique pour offrir un cadre négocié aux groupes armées acceptant la main tendue et un pilier militaire régional pour combattre ceux qui la récusent. Dans quelques semaines, une importante mission de notre siège viendra depuis Bruxelles pour discuter, à Kinshasa, en Ituri et dans les Kivu, avec les acteurs qui peuvent contribuer à la paix. Nous voulons pouvoir mobiliser pour cette cause l’ensemble des instruments dont l’Union européenne dispose, qu’ils relèvent du développement, de l’humanitaire, de la stabilisation ou de la sécurité.
Je ne saurai terminer ce chapitre sur la paix sans rendre une nouvelle fois hommage à l’ambassadeur d’Italie Luca Attanasio, assassiné le 22 février de l’an dernier, avec son chauffeur congolais Mustapha Milambo et son officier de sécurité, Vittorio Iacovacci, tous trois victimes eux-aussi de la violence dans l’Est. Victimes d’une de ces bandes criminelles qui, dans les Kivu, en Ituri, rackettent la population et prospèrent sur toute sorte de trafics honteux. Più mai, Luca, più mai. Plus jamais.
La paix est le bien de tous et nous ne prendrons aucun repos avant d’être parvenu à elle. Restons fidèles aux principes qui ont guidé notre réponse jusqu’à présent : responsabilité, unité, solidarité, détermination, multilatéralisme. La paix est un patrimoine de l’humanité et c’est comme ça que nous la rétablirons et la préserverons, ensemble.
Mesdames et messieurs, cher(e)s invité(e)s, chers ami(e)s,

En Europe comme au Congo, de grandes différences existent entre les communautés qui peuplent nos territoires. Mais le sentiment d’être Congolais ou celui d’être Européen est et reste prédominant. J’évoquais tout à l’heure avec la Rumba la construction de cet indispensable « vivre ensemble ». C’est à travers lui que prennent naissance et se développent des valeurs comme la démocratie, l’égalité, la parité, les droits humains pour n’en citer que quelques-unes. C’est à travers lui que quelque soient nos idées, nos couleurs, nos religions, nos origines, nos langues, nous pouvons construire des nations et des sociétés respectueuses de nos identités et nos valeurs. A l’inverse, le repli sur soi, le racisme, la xénophobie, le tribalisme, la promotion des discriminations constituent des menaces pour ces valeurs que nous partageons. Nous devons prêter une attention toute particulière aux discours de haine dont les réseaux sociaux permettent une propagation accélérée, car ils sont les ferments de la division et de l’exclusion, les graines de la violence et des affrontements armés à venir, le terreau des terrorismes, des guerres fratricides et des séparatismes. «L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la
violence. Voilà l’équation», nous rappelait déjà Averroès au XIIème siècle.
Notre agenda commun pour construire un monde de paix et de tolérance est donc bien de lutter contre ces idées qui divisent pour qu’elles ne s’enracinent pas et ne fragilisent davantage nos sociétés, au Nord comme au Sud. Si vous me permettez d’employer ces jolis mots des quatre langues nationales congolaises, il nous faut conjuguer ensemble «Bolingo», «Mapendo», «Dinanga» et «Zola».
C’est aussi à travers ce principe du « vivre ensemble », qui peut également se comprendre comme « inclure plutôt qu’exclure», que s’inscrit l’agenda démocratique congolais à l’horizon de décembre 2023. Les élections à venir sont une opportunité à saisir pour initier le cercle vertueux de légitimité, de confiance et de progrès économique et social voulu par le Chef de l’Etat, le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Ces élections sont une occasion unique de consolider la démocratie congolaise à travers l’organisation de scrutins crédibles, transparents, pacifiques et inclusifs, y compris en mettant l’accent sur les femmes, les groupes vulnérables et les jeunes, en les incitant à participer en nombre tant comme électeurs que comme candidats. Comprenez moi bien, je vous le précise, car je suis parfois mal compris, nous ne sommes pas là pour donner de quelconques leçons, mais bien pour progresser en partenariat dans la lignée des fondements de l’accord de Cotonou : le respect des droits de l’Homme, des principes démocratiques et de l’État de droit.
Nous avons pris bonne note de la demande formulée par le Président de la République d’une observation électorale internationale des élections en 2023 et nous lui apporterons une réponse concertée avec nos principaux partenaires internationaux. Nous continuerons à travailler avec les autorités congolaises et la société civile à la promotion d’un environnement politique stable et démocratique, qui ne se résume bien évidemment pas à l’organisation des seules élections, mais englobe aussi la protection de tous les droits humains et des libertés fondamentales. Les mesures dérogatoires doivent toujours demeurer l’exception et l’article 9 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 nous rappelle que « nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé ».
Mesdames et messieurs, cher(e)s invité(e)s, chers ami(e)s,
Je ne pourrai pas revenir dans le cadre de mon intervention de ce soir surtout le détail des actions de coopération et de partenariat de l’Union européenne avec la République démocratique du Congo tant elles sont nombreuses. Elles sont aussi variées et toujours concrètes, comme par exemple la poursuite de la réhabilitation et de la construction de la Route Nationale 1 entre Kamuesha et Kananga. Elles impliquent de très nombreux partenaires et sont programmées, co-construites et mises en œuvre en lien étroit avec le Gouvernement. L’enveloppe de coopération pour la période 2021/2027 s’appuie sur trois axes : en premier lieu, la gouvernance, la paix et la sécurité; en second lieu, le développement humain et enfin l’Alliance pour le développement durable. Deux points me semblent essentiels et novateurs dans cette nouvelle programmation : tout d’abord l’importance accordée à la valorisation d’une approche en équipe européenne, en bon français “Team Europe” ; ensuite, le souci d’avoir une démarche là-encore plus inclusive prenant en compte les demandes et aspirations de la jeunesse.
Le travail en équipe européenne, c’est à dire associant étroitement les institutions européennes et nos Etats membres dans leurs actions et programmes, vise à montrer que nous sommes plus forts ensemble, que nous pouvons avoir plus d’impact, obtenir plus de résultats au bénéfice des populations, en associant nos efforts plutôt qu’en les conduisant de façon parallèle. Le projet européen n’est pas la simple addition ou juxtaposition
d’approches nationales, il est la projection d’une vision collective, d’une synergie de nos compétences, d’une démultiplication de nos savoir-faire. Ceci est vrai dans le domaine du développement comme dans tant d’autres, et je voudrais ici en citer deux : l’endettement commun des Etats membres de l’Union européenne pour mettre en place un plan collectif de relance, et la régulation indispensable des géants du numérique. En République démocratique du Congo, nous travaillons plus particulièrement avec nos Etats membres et les autorités sur deux initiatives de l’équipe Europe : la première dans le domaine de la paix et sécurité ; la seconde pour mettre en œuvre cette alliance verte qui doit permettre la préservation du capital environnemental et de la biodiversité, ainsi que l’exploitation juste et durable des potentialités énergétiques et agricoles du pays.
Dans un pays comme la République démocratique du Congo, où la moitié
de la population a moins de 15 ans, il est également essentiel que nos projets et programmes prennent mieux en compte les besoins et les aspirations de la jeunesse. C’est pourquoi nous avons décidé de créer un groupe de jeunes Congolaises et Congolais et de les associer à nos actions. Aujourd’hui, j’ai le plaisir de lancer officiellement avec vous ce groupe consultatif composé de 11 jeunes femmes et 11 jeunes hommes congolais venant des quatre coins du pays et sélectionnés parmi plus de 2000 candidats. Nous dialoguerons avec eux, écouterons ce qu’ils ont à nous dire et mènerons, ensemble, des initiatives basées sur nos valeurs et nos priorités communes. Pendant un an, ces 22 jeunes seront des partenaires de référence de l’Union européenne en République démocratique du Congo. A travers le lancement de ce groupe, c’est aussi l’occasion pour moi, de rappeler que l’Union européenne soutient et encourage la participation et l’engagement constructifs de tous les jeunes, sans distinction ni discrimination d’aucune sorte, dans les processus décisionnels politiques, sociaux et économiques qui les concernent, eux et leur avenir.
Mesdames et messieurs, cher(e)s invité(e)s, chers ami(e)s,
J’aurais pu encore aborder avec vous ce soir beaucoup d’autres sujets importants pour notre avenir commun, le temps me manque quelque peu, je pense notamment aux questions économiques, aux opportunités offertes par l’adhésion de la République démocratique du Congo à la Communauté d’Afrique de l’Est ou encore aux indispensables mesures d’amélioration du climat des affaires pour attirer encore davantage d’investissements étrangers et nationaux. Aucune croissance ne peut être pérenne sans la construction d’un
secteur privé fort. Lié à cela, le thème de la lutte contre la corruption est aussi central, avec le rôle plus important que devrait y jouer une Cour des Comptes enfin dotée de vrais moyens de fonctionnement et de magistrats qualifiés. Je ne manquerai certainement pas d’y revenir dans d’autres circonstances. Car une belle soirée du 9 mai est comme un beau morceau de Rumba en quatre temps ; après ceux de l’accueil et des discours, je dois laisser la place à celui des échanges et surtout à celui des artistes !
Aksantitenakwakunisikiliza. Nawatakiamagaribinjema. Pamoja,
tusikilizemzikimzuri na tucheze !