Accueil Uncategorized 8ième session de quinzaine citoyenne de la société civile/DYCOD : appel  le  pouvoir public à plus des responsabilités pour la participation active des acteurs de la société civile

8ième session de quinzaine citoyenne de la société civile/DYCOD : appel  le  pouvoir public à plus des responsabilités pour la participation active des acteurs de la société civile

Par La Prospérité
0 commentaire

Le centre Wallonie Bruxelles a réuni ce, mardi 23 aout 2022, la plateforme de la société civile, Dynamique Communautaire pour la Cohésion Sociale et le Développement (DYCOD), plateforme qui est sous coordination de Mr Patient Bashombe, pour sa 8ième session de « quinzaine citoyenne de la société civile ». Cette session qui envisage le bien être de la RDC, est un espace d’échanges citoyenne Be-hebdomadaire d’analyse du contexte général, d’observation et du contrôle de l’action du pouvoir public pour une participation active des organisations et acteurs de la société civile dans la construction de la démocratie, du développement et cohésion nationale. 

Cette session qui a connue la participation active des différents membres de la société civile et des scientifiques, a tourné au tour de trois points mis à l’ordre du jour. 

Cependant, les échanges de cette matinée ont été axés sur la situation sécuritaire à l’Est de la RDC, 2 mois après la prise de Bunagana. Un point qui s’est accentué sur les témoignages et perspectives. Le point suivant, s’est pendu sur le quid de la RDC en étant membre des communautés, dont notamment, de la SADEC, l’EAC et du CEAC. Enfin, le dernier point du jour a tourné autour du film « Empire du silence » de Thiery Michel.

Se confiant à la presse, le panéliste, l’abbé Bahala, vice recteur chargé de la coopération et des relations avec les entreprises, de l’université pour la paix en Afrique est revenu sur ce qu’a été son intervention lors de cette quinzaine citoyenne de la société civile. « … il faut retenir trois choses, la première chose c’est que j’ai essayé de montrer le back round de la guerre qu’on nous fait actuellement… je l’ai montré dans mon film documentaire… En réalité la guerre que l’on subit depuis plus de 25 ans, est une guerre qui est la conséquence de la volonté des puissances de l’occident et qui met ce coins de notre pays, l’Est, à feu et à sang pour pouvoir organiser la prédation de nos minerais en utilisant les pays voisins qui eux aussi ont leur propre agenda là dedans, et qui parvienne donc à nous insécuriser », a-t-il rappelé.

 Selon lui, la guerre à l’Est est aussi la conséquence de la catastrophe humaine qui était animé avec la tragédie du Rwanda. « Puisque c’est depuis ce temps là que notre pays est déstabilisé. Au-delà de ce qu’on appel le génocide du Rwanda auquel nous n’avons pas participé, nous, nous allons subir un autre génocide. Il y’a déjà 12 million des morts à cause de ce conflit. Et nous nous étonnons que la fameuse communauté internationale nous a obligé systématiquement, nous, congolais à négocier avec les rebellions crée par nos voisins, à faire entrer dans notre armée… mais personne n’oblige le Rwanda ou l’Ouganda ou le Burundi à négocier ses groupes armées », a-t-il interpelé. Et de continuer, « J’ai essayé de démanteler troisièmement ce qu’on appel le mensonge… ces mensonges qu’on est entrain de faire circuler dans le monde entier, que les congolais seraient contaminé par l’esprit génocidaire, ce sont les gros mensonges que nous voulons faire cesser », dit-il, et d’ajouter, « qu’on arrête ces discours de victimisation de nos frères, parce qu’on veut le prendre comme un prétexte pour pouvoir faire la guerre au Congo », signifie-t-il.

Par ailleurs, il conclut par lancer un appelle de prise de conscience par tout le peuple congolais et aux acteurs de la société civile pour le bien être du peuple congolais. « Je termine en lançant un appel. Notre pays ne doit pas continuer à sous-traiter sa sécurité par les pays voisins. Nous devons avoir une armée forte, nous devons recruter. Et à la société civile de conscientiser les gens et en reprenant conscience elle-même que vous ne pouvez pas toujours porter du dois les autres, en disant que c’est eux les responsables de nos malheurs », renchérit-il.     

Israël Mpoyi

You may also like

Laissez un commentaire

Quotidien d'Actions pour la Démocratie et le Développement

Editeur - Directeur Général

 +243818135157

 +243999915179

ngoyimarcel@ymail.com

@2022 – All Right Reserved. La Prospérité | Site developpé par wetuKONNECT