Accueil » Célébration de la journée internationale de la femme africaine en RDC/‘‘ONG/Biso Basi Totelema’’ : Elsie Lotendo sensibilise et conscientise !

Célébration de la journée internationale de la femme africaine en RDC/‘‘ONG/Biso Basi Totelema’’ : Elsie Lotendo sensibilise et conscientise !

Par Chris Mutombo
0 commentaire

Dans le but de célébrer la journée internationale de la femme africaine en République Démocratique du Congo en ayant une pensée positive en l’avenir de cette dernière, la Coordonnatrice de l’ONG “ Biso Basi Totelema ”, Madame Elsie Lotendo, a organisé dimanche 31 juillet 2022, une soirée d’échange et débat à la salle d’Accueil de la Paroisse Saint Eloi, au quartier Bon Marché dans la Commune de Barumbu avec comme thème : «Le rôle et la place de la femme africaine d’aujourd’hui». La journée internationale de la femme africaine (JIFA) est célébrée chaque année, le 31 juillet.

L’événement commémoré depuis 5 décennies est l’occasion pour le mouvement des femmes congolaises ´´Biso Basi Totelema´´, Coordonné par Madame Elsie Lotendo de faire le bilan sur la place et le rôle de la femme Africaine dans la société, qui bute sur plusieurs défis.

A en croire Madame Elsie Lotendo, la JIFA est un événement peu connu, mais pourtant commémoré le 31 juillet de chaque année, depuis 1974. La journée internationale de la femme africaine est célébrée dans toutes les capitales des Etats membres de l’Union africaine, avec des programmes nationaux et différentes activités.

«La femme africaine d’aujourd’hui doit revenir en elle-même. C’est-à-dire,  qu’hier on a remarqué une régression de ses valeurs, alors qu’on voit aussi que cette femme cherche à tout prix à copier plus la femme occidentale. Hormis ce progrès qui a au sein de la société parce que la femme africaine a fourni des efforts, il y a des progrès parce qu’elle est maintenant représentée partout dans tous les secteurs, mais il y a une régression de ses valeurs, ce qui doit être remise en compte pour que cette femme soit totalement équilibrée», a conscientisé Mme Elsie Lotendo.

Elle a suggéré la prisée en compte de cette journée par les autorités congolaises, parce que cette journée est considérée comme la journée du 8 mars célébrée partout dans le monde.

«Cette journée doit être prise en compte parce que, nous avons l’impression que cette journée n’est pas assez considérée surtout aux autorités congolaises. Dans d’autres pays africains, cette journée est célébrée comme tant d’autres comme nous célébrons la journée du 8 mars », a-t-elle déclaré.

Pour sa part, Me violette Mali Ya Mungu salue l’initiative et appelle la femme africaine à protéger ses valeurs culturelles.

«Je réponds au nom de Maître Violette Mali Ya Mungu, j’étais là pour honorer l’invitation que m’a lancé Madame Elsie. Je l’ai trouvé très enrichissante et en rapport avec cette journée, il fallait quand même essayer de parler pour éveiller la conscience de la femme africaine dont nous parlons aujourd’hui et d’essayer de parler de son rôle et sa place dans la société, parce que c’était ça le thème principal de cette activité», a indiqué Me Violette Mali Ya Mungu avant d’ajouter qu´être une femme moderne c’est très bien de vouloir progresser et de devenir tout ce que l’on veut, mais en gardant sa culture d’une femme africaine parce que cette dernière a des valeurs à protéger.

Historique de la JIFA

Le 31 juillet 1962, alors que l’Afrique se libère à peine de l’emprise coloniale, des femmes africaines venues de tout le continent se réunissent pour la première fois à Dar es Salam en Tanzanie et créent l’Organisation panafricaine des femmes.

Origines de la journée

Déterminées à améliorer les conditions de vie de la femme africaine et favoriser son émancipation, ces femmes décident de prendre leur destin en main, malgré la barrière de la langue et leurs différences politiques et ethniques. C’est de cette grande rencontre qu’est née la journée internationale de la femme africaine. En 1974, lors du premier sommet de l’Organisation panafricaine des femmes au Sénégal, la date du 31 juillet est consacrée officiellement comme Journée internationale de la femme africaine (JIFA).

Dans la société congolaise, la femme est considérée comme le socle de la famille. Elle remplit plusieurs rôles qui impliquent la protection, la douceur, l’éducation, l’attention etc… D’où l’importance de l’éducation de la femme  dans la société pour assurer l’avenir de cette dernière.

La femme africaine malgré qu’elle est travailleuse, elle ne doit pas oublier qu’elle est tout d’abord une femme de foyer qui, malgré tout elle doit vivre dans sa culture.

Signalons que cette activité s’est clôturé par la projection d’un documentaire qui parle de comment une femme africaine peut mieux faire les choses pour sa prise de conscience afin de deviner autonome. Ensuite, dans ce film, il était aussi question de parler de ce que la femme africaine doit faire sans pourtant se copier aux autres femmes du monde.

Jonathan Bafumvwa

You may also like

Laissez un commentaire

*

code

Quotidien d'Actions pour la Démocratie et le Développement

Editeur - Directeur Général

 +243818135157

 +243999915179

ngoyimarcel@ymail.com

@2022 – All Right Reserved. La Prospérité | Site developpé par wetuKONNECT