Accueil » On ne naît pas kuluna, on le devient !

On ne naît pas kuluna, on le devient !

Par Chris Mutombo
0 commentaire
Sous les effets de Bombé, la jeunesse à la conscience pervertie…

La Ville-Province de Kinshasa est plus envahie par plus d’animaux que d’hommes, l’insécurité est titanesque. Nous marchons apeurés par la présence des bêtes féroces. Il y a des morts par-ci, il y a des morts par-là. Kinshasa devient une forêt pernicieuse. Les ruelles sont contrôlées par des loups garous assoiffés du sang. Tuer est une noble profession, d’après eux. La criminalité est-elle plus forte que les mesures sécuritaires de ce pays ?
Les Kulunas sont-ils plus nombreux que les agents de sécurité ? Sont-ils plus planificateurs, réguliers que les services militaires ? Il faudra qu’on se pose des vraies questions. Quand j’y pense, ceux qui commettent des crimes sont plus actifs, plus habiles que ceux qui peuvent les éradiquer.
Tout comme les malfrats ne laissent pas reposer leur main, la police devrait faire pareil au lieu d’attendre seulement de refaire surface lorsqu’ils entendent parler d’un délit.

Une vue des Kulunas en pleine extase

Les Kulunas se réunissent chaque jour pour parler de stratégies visant de nouveaux crimes et des endroits où ils peuvent exécuter cela. Pendant ce temps, combien de policiers se réunissent en permanence pour discuter de nouvelles mesures sécuritaires ?
A quel degré ont-ils cela à cœur ? Visiblement, c’est l’insécurité qui gagne, selon notre actualité. Le gouvernement congolais ne peut-il pas mettre en place une organisation qui recrute perpétuellement les Kulunas pour servir, sans ambages, la communauté au lieu de l’exterminer. Sans oublier que le nombre des délinquants augmente au jour le jour. Et cette délinquance est due, en grande partie, au chômage.
‘’On ne naît pas Kuluna, on le devient.’’ Aucun parent n’a donné naissance à un bandit, le banditisme s’acquiert. Je pense que l’Etat doit instituer un système éducatif qui met en garde la jeunesse contre le développement des intentions ou des tendances criminelles.
Au-delà de la police, établir un système de prévention, de lutte contre cette maladie qu’est la cruauté. Sans ignorer que les parents ont aussi un grand rôle à jouer dans la protection de leurs enfants contre la mauvaise compagnie. Car, les présents Kulunas ont le pouvoir de faire devenir et de façonner d’autres délinquants, ils ont la capacité d’enfanter d’autres gangs.
Non seulement, ils commettent des crimes mais aussi, ils forment d’autres jeunes à devenir comme eux. Une jeunesse non prévenue est un avenir sacrifié. On ne sait pas toujours si les enfants innocents d’aujourd’hui seront les malfrats de demain. Vaut mieux prévenir que guérir, dit-on.
J’ose croire que couramment, on attaque plus le problème que sa cause, sa racine. Il est temps de sauver la jeunesse congolaise en lui inculquant des valeurs protectrices, des valeurs comme des boucliers. ‘’La sécurité ne s’obtient pas, elle se bâtit’’, rappelle-t-on.
Florence Meta

You may also like

Laissez un commentaire

*

code

Quotidien d'Actions pour la Démocratie et le Développement

Editeur - Directeur Général

 +243818135157

 +243999915179

ngoyimarcel@ymail.com

@2022 – All Right Reserved. La Prospérité | Site developpé par wetuKONNECT