Accueil » RDC : des milliers de civils contraints de fuir les violents combats entre l’armée et les rebelles du M23

RDC : des milliers de civils contraints de fuir les violents combats entre l’armée et les rebelles du M23

by admin
0 commentaire

Le HCR fournit une assistance d’urgence aux personnes fuyant les affrontements armés dans le territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu en RDC, en mai 2022

Des milliers de civils auraient été contraints de fuir les combats entre l’armée congolaise et les rebelles du M23 dans le territoire de Rutshuru (North Kivu), dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), ont indiqué lundi les Nations Unies.

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), ces nouveaux affrontements armés près de Bunagana poussent les populations au déplacement.

« Plus de 25.000 personnes, y compris de personnes déplacées et retournées, auraient été contraintes de fuir leurs villages de nouveau aujourd’hui vers des centres collectifs (églises et écoles) de Kabindi, Rwanguba et Kinoni, dans la Zone de Santé de Rwanguba », a souligné l’OCHA dans son dernier rapport de situation humanitaire.

Selon les médias, de violents combats ont éclaté dimanche matin dans l’est de la République démocratique du Congo à la suite d’une nouvelle attaque des rebelles du M23, selon l’armée congolaise.

L’attaque a visé la ville de Bunagana, ex-fief de ce mouvement rebelle repris par l’armée congolaise en 2013, dans la province du Nord-Kivu, à la frontière avec l’Ouganda.

Une escalade des violences conduisant à des déplacements continus

De son côté, l’OCHA confirme que ces affrontements entre l’armée congolaise et des combattants du Mouvement du 23 mars (M23) ont éclaté la matinée de ce 12 juin à Bigega, Bugusa et Kabonero, situés à la périphérie de Bunagana dans le territoire de Rutshuru.

De milliers d’habitants de Bunagana, y compris environ 5.000 personnes déplacées et retournées qui y étaient, se sont réfugiées en Ouganda voisin, selon des estimations.

Le 6 juin dernier, l’OCHA notait que près de 65.000 personnes ont été déplacées par les dernières violences dans l’Est de la RDC, dont 33.000 dans le territoire de Nyiragongo et 31.000 dans le Rutshuru. Selon ces estimations de début juin. Près de 117.000 personnes auraient été déplacées depuis la première flambée de violence en mars dernier.

Par ailleurs, la reprise des affrontements aux environs de Bunagana a affecté les activités humanitaires qui ont repris dans cette zone il y a une dizaine de jours. « Ce dimanche 12 juin, le trafic a été interrompu sur l’axe reliant Burayi et Bunagana, où des milliers de personnes déplacées et retournées attendent l’assistance depuis le début des violences en mars dernier », a détaillé l’OCHA.

Une mission inter-agence planifiée par l’OCHA pour ce lundi 13 juin entre Rutshuru Centre et Bunagana (environ 27 km) a été annulée. Les partenaires humanitaires continuent de suivre la situation sécuritaire qui demeure très volatile.

« Une évaluation de la nouvelle situation humanitaire sur place n’a pas encore été effectuée », a conclu l’OCHA, relevant qu’une escalade des violences dans le territoire de Rutshuru pourrait conduire à des « déplacements continus, aggravant ainsi une situation humanitaire déjà précaire ».

You may also like

Leave a Comment

*

code

LA PROSPERITE

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

@2022 – All Right Reserved. La Prospérité | Site developpé par wetuKONNECT