Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Persona non grata !

This post has already been read 20961 times!

Les pics de ses camarades du parti en off, ensuite révélés au grand jour par cette sortie médiatique taillée sur mesure, cachaient bel et bien ce climat maussade qui régnait depuis belle lurette au sein de l’Udps. Désormais, persona non grata, l’enfant terrible de Kamina semble n’avoir que ses yeux pour pleurer en versant toutes les larmes de son corps. Qui pourra le consoler ? Ne s’est-il pas tiré la balle dans la tête en ‘’refusant’’ ou en retardant délibérément  sa démission? Est-ce de la volte-face ? Que dire ? En n’allant pas au bout de son annonce ‘’sensationnelle’’ à travers les réseaux sociaux, il se peut qu’il soit défenestré de son strapontin dès le mois de mars  au lendemain de l’ouverture de la session ordinaire de mars 2022. Encore que, il aura été désavoué de partout. De la présidence de la République en passant par son propre parti politique y compris la famille biologique de son mentor le Lider Maximo d’heureuse mémoire, il sera pour lui difficile de s’en sortir de cet abime. Attention !  La politique est souvent imprévisible.

Avec un peu de recul, et en faisant un gros plan sur le prétendu assaut musclé des éléments de  la Garde Républicaine au domicile de Kabund, l’on remarque tout de suite des incohérences. Des dizaines des GR armées pénètrent un domaine, vandalisent, et ressortent sans qu’il y ait dommages collatéraux conséquents ou pertes en vies humaines,  n’était-il pas un simple message ? Une mise en garde contre celui que d’aucuns qualifiaient du Vice-président de la République ?  Qui sait ! De plus, alors que l’opinion attendait d’être fixée sur l’effectivité de sa démission, silence radio. Pourtant, il était prévu qu’il dépose sa lettre de démission à l’Assemblée nationale hier, mardi 18 janvier. De qui se moque-t-on ? D’une part, l’on a une opération commando improvisée qui s’est pourtant déroulée sans accrocs, et d’autre part, une décision de démission non assumée. La seule explication plausible de ces deux réalités est : le bluffe. L’on se montre les muscles, mais personne ne veut concrètement passer à l’action, car cela impliquerait beaucoup trop d’enjeux. L’un face à l’autre, les deux tendances ne veulent pas se montrer faibles. Pour l’heure, elles en restent là. Dans l’entre-temps, les medias s’emballent, les combattants s’entredéchirent, les députés se remuent dans tous les sens et une seule personne devenue Persona non grata ! Triste !

La Pros.