Accueil » Conférence-débat sur la Liberté d’expression : Jean-Marc Châtaigner préconise une lutte avec des mots et une concurrence d’idées responsables

Conférence-débat sur la Liberté d’expression : Jean-Marc Châtaigner préconise une lutte avec des mots et une concurrence d’idées responsables

by admin
0 commentaire

Les enjeux sont de taille, depuis que la RDC traverse une période frappée  par une panoplie d’opinions à l’ère du numérique. Pour ce faire, l’Union Européenne a organisé, ce mercredi 25 mai 2022, une conférence-débat sur la liberté d’expression en RDC, marquée par la Présence du Ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya. Repartis en plusieurs panels, les protagonistes ont mis ensemble l’accent sur la liberté d’informer, du risque de la désinformation, de l’encadrement de la liberté d’expression, ainsi que de la critique constructive. Une initiative qui marque la détermination dans la promotion des droits humains, de chaque individu dans toute leur diversité.

Au cours de son speech, l’Ambassadeur de l’Union Européenne Jean-Marc Châtaigner a rappelé que dans la même compréhension avec la RDC, la démocratie, la promotion des libertés fondamentales, la gouvernance démocratique sont au cœur de l’identité car, selon lui, elles constituent des objectifs majeurs dans toute société.

Considéré comme une liberté fondamentale, le droit à l’expression est inscrit à l’article 19 de la déclaration universelle de droits de l’homme de 1948, et aussi protégé juridiquement par une série de traités internationaux et régionaux. Et celle-ci implique d’une part, des devoirs, et d’autre part, des responsabilités pour des raisons de balance.

«La mesure dans laquelle un gouvernement tolère les opinions défavorables et les critiques est un indicateur de son traitement de droits humains en général », a-t-il affirmé. Pour faire ombrage à toute forme de discours xénophobe, de tribalisme et séparatiste, il a préconisé une lutte avec des mots et une concurrence d’idées dans le respect de tous.

Responsabilité des médias

A son tour, le Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC), Christophe Tito Ndombi, a répondu à la question sur la responsabilité d’une presse libre dans la protection et la promotion de la liberté d’expression.

De prime abord, il a reconnu que l’expression est l’un des piliers de la démocratie, car chaque individu est libre de prendre part aux débats, de faire des propositions et d’apporter des critiques. En outre, il a évoqué le contraste actuel dont la pratique du métier de journalisme est brouillée par le développement des médias nés d’internet, qui occasionnent un risque élevé de désinformation.

Avec autant de sources de nouvelles, il y a plus d’informateurs amateurs qu’il y a moins des professionnels de l’information. Ce qui pèche contre la déontologie.

Dans la suite de son intervention, il a déploré la résurgence des propos malveillants, l’incitation à la violence et à la haine à laquelle prennent part une poignée de journalistes qui dérapent le sens de la profession.

A la suite de la prolifération des fakes news, il a interpellé les journalistes à une expression responsable, étant donné que la RDC est à l’approche de nouveaux scrutins pour 2023.

Encadrement des discours politiques

Pour ce qui concerne cet aspect, l’ancienne Ministre des Droits humains Marie-Ange Mushobekwa a condamné les discours haineux insufflés par certains leaders politiques. A ce propos, elle a encouragé un encadrement de ces derniers auprès de leurs militants afin de ne pas propager des messages qui enfoncent le progrès de la Nation congolaise.

Niclette Ngoie

You may also like

Leave a Comment

*

code

LA PROSPERITE

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

@2022 – All Right Reserved. La Prospérité | Site developpé par wetuKONNECT